Autour de Tadoussac

Nous arrivons à Tadoussac en fin d’après midi, nous déposons nos covoitureurs. Après avoir installé la tente, nous dégustons des bières à la microbrasserie locale.

Les Bergeronnes et les Escoumins

Tout près de Tadoussac, en continuant la 138 se trouvent les Bergeronnes et les Escoumins. Ce dernier à retenu notre attention pour la magnifique vue sur la baie des Escoumins, notamment la pointe de La Croix.
La route offre de beaux panorama avec des petits lacs qui bordent la route. Il est possible de d’aller voir les baleines depuis ces 2 points, à un prix plus abordable que ceux annoncé à Tadoussac. Dû à la pandemie, certaines activités ont été annulé. D’autres, au contraire ont eu tellement de succès qu’il n’est pas possible de reserver. C’est ce qui est arrivé pour les excursions en Kayak de mer depuis les Bergeronnes.

Centre d’interprétation et d’observation de Cap-de-bon-desir et le Centre de découverte du milieu marin

En arrivant au Centre d’interprétation et d’observation de Cap-de-bon-desir, notre visite commence par le site du phare. Nous rejoignons ensuite les rochers de la côte, point d’observation des baleines. Malheureusement, nous n’en avons pas vu.
Nous nous rendons ensuite au centre de découverte du milieu marin aux Escoumins pour en apprendre un peu plus sur les beautés qui regorgent les fond marins du Saint Laurent. C’est d’ailleurs le point de départ de plusieurs sites de plongé. Pour les non-plongeurs, il y a une activité : le Saint Laurent en direct (non disponible en temps de pandemie) Vous pouvez suivre des plongeurs en direct à travers les sons et les images.

Observation de l’ours noir

C’est en fin d’après midi qu’à lieu l’observation de l’ours noir dans son habitat naturel, au domaine de nos ancêtres à Sacré Coeur. Nous partons dans un autobus scolaire jaune en forêt pour arriver à l’observatoire, en silence. Quelques appâts de nourriture pour attirer les ours, ils ne tardent pas à pointer leurs museaux, les uns après les autres (les ours sont solitaires)

 

 

Brisbane et l’île de North Stradbroke

Je passe quelques jours sur Brisbane chez mon amie Laure-Anne et son mari. De bons moments. Une petite visite de la ville, notamment South Bank avec sa balade sous les bougainvilliers et vue sur la ville au bord du fleuve.

L’île de North Stradbroke

Appelé plus communément Straddie. Située à 30 min en ferry de la ville, cette île à tout d’un petit paradis. Des paysages de rêve, belles plages, lacs, sites de plongée et ambiance relax. Je rejoins l’auberge de jeunesse en pouce avant d’admirer le couché du soleil sur la plage.

Des raies Manta

Je pars au petit matin avec un groupe pour plonger. Et le spectacle est magique! Je vois environs 4 enormes raies manta, moi qui n’en avait jamais vue. Elles sont énormes. Je croise aussi une tortue de mer, un requin léopard endormi et une raie léopard. Mais malheureusement petit problème de gopro pour cette plongée.

Lookout Point

Je pars explorer lookout point, une petite marche côtière magnifique, entre plage, rochers et végétation. Je croise au passage des kangourous peu farouches. Laure-Anne me rejoins en fin d’après midi, pour une nuit de camping. Nous nous levons au levé du soleil pour une promenade le long de la plage et une baignade matinale.

Brown Lake

Nous partons en auto-stop afin de rejoindre le Brown Lake. Une terre sacrée aborigène, le lac est exclusivement réservé aux femmes. Les hommes se baignent au lac bleu un peu plus loin. La couleur marron du lac vient des feuilles de teatree.

 

Lac et volcan au coeur de l’île de Gaua

Je me rend à l’aéroport de Santo. Je pars en direction de l’île de Gaua, situé dans les îles du Nord, la région des Banks, un endroit beaucoup moins touristique du Vanuatu.

Petit avion

Je monte à bord de l’avion 17 places. Je peux voir le commandant et son assistant depuis mon siège. Nous survolons plusieurs îles et feront halte sur une autre île avant d’arriver à Gaua. Pour l’atterrissage, l’avion perd de l’altitude lorsque nous survolons la mer, avant d’atterrir sur une piste d’herbe au milieu de la jungle. J’avoue que c’est déroutant.

Robert, le propriétaire de la pension, est venu me chercher. Nous partons à pied pour Namasari, son village. Ici, il n’y a pas de voiture sur l’île. Tous les déplacements se font à pied sur des chemins de terre, plus ou moins larges. Il n’y a pas d’électricité non plus. Uniquement des lampes solaires auxquels on peut se brancher.

Namasari et ses habitants

Je rencontre les différents membres de la famille de Robert. Sous la chaleur écrasante, je souhaite me baigner dans la mer, mais je n’ai que mon maillot de bain. Ici, il est de bon usage de se baigner habiller. Il pars un moment et revient accompagné de 3 jeunes filles. Elles me guident près d’une plage déserte. Pleines de vie et de rires, elles commencent à s’amuser dans l’eau, puis m’offrent un petit spectacle un peu timide de musique dans l’eau. Une spécialité de Gaua. Les femmes apprennent dès leur plus jeune âge à jouer des sortes de percussions, en frappant et déplaçant l’eau.

Départ pour le Treck

Je pars avec John, mon guide au petit matin. Nous partons dans la jungle sur un petit sentier, en petite montée. La chaleur, mais surtout l’humidité est difficile à supporter. Après environ 3h30 de marche, nous arrivons au campement, situé près du lac Letas. D’autres personnes se trouvent déjà sur place, car un archéologue du centre culturel du Vanuatu est venu faire des recherches.

La cascade de Siri

Nous partons en pirogue sur le lac pour atteindre l’autre rive. C’est ici que commence le chemin de randonnée, toujours dans la jungle, pour nous rendre à la cascade de Siri. Il commence à pleuvoir. Beaucoup. Nous arrivons au point de vue pour admirer cette cascade vertigineuse, à 120 m de hauteur.

De retour sur la rive, John appel au loin pour que la pirogue vienne nous chercher. Paul, mon autre guide et les hommes partent pêcher des crevettes dans le lac pour le dîner.

Le Mont Garet

Nous partons le lendemain en pirogue pour nous rendre au Mont Garet, le volcan fumant. Nous traversons la jungle avant de nous rendre au pied du volcan. Une végétation endémique avec de nombreuses orchidées blanches, roses ou violacées. Nous escaladons le volcan qui monte à pic avant d’arriver au sommet. Une fumée blanche et épaisse s’échappe du cratère. Je suis impressionné de me trouver ici . La vue de l’autre côté est époustouflante. Voir la jungle au pied du Mont, le lac, de la jungle de nouveau, la mer puis les îles au loin, le l’effort en vaut la peine.

 

Road trip de Christchurch à Auckland

Pour ma dernière semaine dans le pays, avec Hilal, nous décidons de partir pour un dernier road trip. Partant de Christchurch, nous allons rejoindre Auckland en voiture. Pour cela, nous passons par transfert car, afin de limiter les frais, avec notamment 4 jours de location offerte.

Le départ

Nous roulons beaucoup pour commencer. Nous prenons le ferry à Picton, afin de rejoindre Wellington situé sur l’île du Nord. Après un petit tour dans la ville, nous partons en direction de Hasting et Napier situé sur la côte Est, en passant par les montagnes. Nous passons la nuit dans un petit camping. Un endroit en or.  5$ pour nous 2, nous avons pu profiter des locaux pour nous tout seul, et même dormir dans les canapés.

Hasting et Napier

Ces 2 villes, situé l’une a côté de l’autre, ont la particularité d’avoir une architecture de style Art déco. De beau buildings d’époque, ainsi que des statues en bronze font la beauté du centre ville. Nous visitons les environs, notamment le Pic de Te Mata, d’ou nous avons une vue à 360 degrés.

Petit coup de coeur pour Napier. Nous commençons par visiter l’aquarium, puis nous marchons le long de la promenade située en bord de mer. Charmant avec ses différentes places et petits jardins.

Retour à Rotorua

Nous passons la nuit dans le camping gratuit de Taupo, avant de prendre la route en direction de Rotorua. C’est exactement sur cette route que se situe toutes les curiosités volcaniques. Les différents parc comme Wai o tapu, mais aussi plusieurs rivières chaudes ou l’on peut se baigner. Nous choisissons de nous détendre à Hot and Cold water, ou se joignent 2 rivières, L’une chaude, l’autre froide.

La péninsule des Coromandel

Nous partons sous un beau soleil en directions de la célèbre péninsule. Nous marchons au pic de Paku, avec une superbe vue sur les environs.

La plage hot water, une curiosité. Il s’agit d’une petite rivière souterraine, rejoignant la mer. Il suffit de creuser un trou dans le sable afin de faire remonter l’eau très chaude pour se baigner. Le mieux est d’ajouter de l’eau de mer pour rafraîchir un peu. Mais cela se fait à marée basse évidemment. Et la prochaine est à 6h du matin. Nous partons donc au petit matin avec des pelles afin de creuser notre trou, sur une toute petite plage, déjà populaire de bon matin.

Nous partons plus tard voir la très célèbre Cathedral Cove, sous une pluie battante. Après avoir marché 45 min, nous arrivons à la plage accueillant le fameux rocher, que l’on peut voir depuis une arche. J’avoue qu’en comparant les photos que j’ai pu voir, je suis un peu déçu de voir cet endroit sous la pluie.

Arrivé à Auckland

Nous rejoignons la ville après avoir longé la côte. Je dois prendre l’avion le lendemain matin. Une belle année remplit d’aventure dans un pays magnifique.

Une aventure se fini, une autre commence. Les départs ne sont jamais faciles.

 

Aoraki et son géant Mont Cook

Après  Tekapo, nous continuons notre route en direction de Aoraki / Mont Cook avec Hilal. Nous passons la nuit dans un charmant free camp, avant de partir de bon matin en longeant le magnifique lac Pukaki.

Voyage dans le temps

Sur cette superbe route, nous croisons des autos datant du début du XX ème siècle, ayant chacune un charme d’antan. Tous en direction de Aoraki  / Mont Cook, un petit village situé dans le parc national, au pied des montagnes magistrales.

A peine arrivé, nous partons directement en marche pour Kea Point. Une petite marche avant d’arriver face au Mont Cook et le lac Mueller. Mais caché par les nuages, la fameuse montagne se fait un peu timide.

Hooker Valley

La randonnée la plus populaire, mais surtout la plus spectaculaire. Environ 1h30 à 2h de marche dans la vallée, en longeant la rivière, entouré de montagnes. Les nuages se dégagent pour laisser apparaître le colossal Mont Cook. Nous arrivons au Lac Hooker, un lac glaciaire parsemé de petits iceberg bleu, situé au pied de l’imposante montagne blanche. La vue est à couper le souffle.

Nous passons une nuit très froide au camping, la tente est recouverte de gel. De bon matin, après avoir marché au village, nous partons dans la vallée de Tasman, toujours situé dans le parc national de Mont Cook.

Le plus grand glacier du pays

Nous escaladons la petite montagne avant d’arriver au point de vue, donnant sur la vallée, le lac Tasman ainsi que le glacier, plutôt grisâtre. Mais en haut de cette petite montagne, malgré le vent, nous nous sentons tous deux paisible et prenont le temps de contemplé cette superbe vue.

 

Le lac Tekapo, au centre de l’île du sud

Avec Hilal, nous profitons de la longue fin de semaine de la fête du travail pour s’évader un peu. Nous partons en auto dès le vendredi soir. Première étape, le lac Tekapo.

Perdu autour du lac

Nous utilisons le GPS pour trouver le camping. Pour être honnête, je n’ai jamais vraiment aimé l’utiliser. Dans un noir profond, nous roulons, roulons, jusqu’à ce que la fatigue nous submerge. Nous dormons dans l’auto, entourés par les montagnes. Une nuit très froide et peu confortable.

Au petit matin, sous le soleil radieux, nous comprenons notre erreur. Ce n’était pas la bonne route. Nous aurions pu rouler longtemps. Mais cette aventure nous a permise de nous retrouver dans un lieu peu touristique, mais sublime. Entre le lac Tekapo et les montagnes autour de nous la vue est superbe.

L’eglise Good Shepherd

Probablement l’endroit le plus populaire de Tekapo. Cette charmante petite église, simple, est situé au bord du lac, entourée par les montagnes. Elle n’a rien de particulier, mais sa simplicité et son panorama fait toute sa beauté. A notre arrivée, l’église accueille un couple asiatique prêt à se marier, une scène tellement charmante.

Le Mont John et son observatoire

Nous partons pour une randonnée sur le Mont John, cette colline surplombant le village et son lac. Son sommet accueil l’observatoire universitaire, car la région est la moins peuplée de Nouvelle-Zélande, donc peu de pollution lumineuse.

Nous marchons autour de la colline, avec une vue à 360° sur les montagnes, la vallée, le lac Tekapo et le lac Alexandrina. Une vue magnifique mais sous un vent très fort.

 

 

 

Road trip sur la West Coast

Le printemps a fini par pointer le bout de son nez. Avec Hilal, nous décidons de partir à l’aventure pour une fin de semaine en camping sur la côte Ouest. Nous partons vendredi soir, en route pour 4h d’auto, en traversant Arthur Pass et les montagnes environnantes. Nous passons la nuit près de Kumara.

C’est la deuxième fois que je viens dans la région. Toujours aussi belle et sauvage. La West Coast est réputé pour être très humide. Il pleut plus souvent qu’il ne fait beau. Par chance, il fait beau toute la fin de semaine.

Hokitika et ses environs

De bonne heure, nous commençons notre visite par la marche de Tunnel Loop. Un ancien chemin de fer passant par la forêt. Nous rejoignons ensuite Hokitika et nous partons directement au bord de la fameuse plage. Des branches plantées dans le sable forment le nom du village. Bonus, un fauteuil pour s’installer et admirer les environs.

Nous continuons notre périple pour les Gorges d’Hokitika. Cette seconde fois, le soleil est au rendez-vous, et nous dévoile le bleu turquoise et intense de l’eau. Magnifique!

L’étrange village de Blackball

Situé près de Greymouth, c’est ici que nous passons la nuit. Le camping est particulier. C’est en réalité le jardin d’une vieille maison blanche de style victorien inhabité. Plutôt étrange à première vue lorsque l’on arrive de nuit, pour ne pas dire effrayant. Nous comprenons seulement le lendemain matin que Blackball est un village historique. La rue ressemble à un film de western.

Le point Elizabeth

Nous partons faire cette belle randonnée sur la côte de quelques heures. Entre forêt et océan, avec une vue au loin sur les montagnes, le paysage est sublime. La végétation composée de palmiers, donne un côté très exotique.

Nous partons plus tard en direction des fameux Pancakes rocks, ces rochers aux formes étranges ressemblant à des piles de pancakes. Toujours aussi beau, et attirant toujours autant de touristes.

 

de Queenstown à Christchurch

Nous somme remonté sur Queenstown où nous avons passé une semaine, le temps de mettre en place les recherches d’emplois. Le temps est plutôt gris, mais le soleil fini par apparaître pour mon dernier jour à Queenstown.

Nevis, le grand saut

Et oui, je me décide finalement à le faire. Le saut à l’élastique. Et Queenstown est la place parfaite, car c’est ici que tout est né. Je décide de faire le plus haut, Nevis. Une chute de 134 m. Le saut se fait à partir d’une cabine téléphérique suspendu. Le personnel m’équipe, et j’avance au bord du vide. Impressionnant, j’ai le coeur qui palpite! Quelqu’un compte jusqu’à 3. Je ne réfléchis pas, je saute! Après avoir crié de toutes mes forces, je finis par rire, pendu à l’élastique!

Départ pour Christchurch

Je passe ma dernière soirée avec Emeline, avec un traditionnel FergBurger. Triste de la quitter, mais aussi contente de vivre de nouvelles aventures. Je pars le lendemain matin, de nouveau sur la route.

Je commence depuis le centre ville. Plus de 450 km à faire, en passant par une route peu empruntée. Je suis chanceuse, la première voiture s’arrête pour me conduire à Frankton. Puis une autre m’avance à Crowell. A partir d’ici, il y a beaucoup moins de passage, mais quelqu’un fini par s’arrêter. Il va jusqu’à Christchurch!

Les lac Pukaki et Tekapo

La route est magnifique. Nous passons dans la vallée bordée de montagnes. Nous arrivons au Lac Pukaki, situé près du fameux Mont Cook. Un lac d’une couleur extraordinaire et captivante. Nous continuons la route jusqu’au lac Tekapo, où nous partons voir la petite église située au bord du lac. Magnifique!

Christchurch

Arrivé à Christchurch, je rejoins mon hôte, Andrew. Je suis reçu chaleureusement. Agé de 58 ans, c’est quelqu’un de très actif et intéressant. Il fait de magnifiques aquarelles de la côte Ouest.

Je pars explorer Christchurch, la 2ème plus grande ville de Nouvelle-Zélande, dès le lendemain. Il y a 3 ans, la ville a subi un séisme tellement fort, que le centre ville à été détruit. Depuis, la ville est en reconstruction.

Le centre est en chantier. Je commence par le nouveau centre commerciale. Re : Start. Sa particularité? Il est fait en conteneurs multicolores. Un moyen de redonner vie au centre ville. Le street art est un peu partout dans la ville. Pour moi, c’est un peu la particularité de Christchurch : sa créativité! J’arrive ensuite à la cathédrale, à moitié démolie. Un peu triste de voir cette ruine. Mais la ville se reconstruit pour un nouveau départ.

 

 

Fjordland : Milford Road

Nous nous réveillons au levé du soleil. Une belle journée ensoleillée s’annonce. Après avoir vu le Fjordland sous la pluie et la brume, il est temps de le voir sous le soleil.

Une route sauvage

Au levé du soleil, la petite route sinueuse est simplement magnifique. Nous longeons les  lacs, rivières, cascades, montagnes, glaciers et vallées. La petite brume du matin laisse place à un soleil éclatant, nous donnant du baume au cœur. Nous ne pouvons nous empêcher de nous arrêter tous les kilomètres pour admirer le superbe panorama qui nous entour

Le pic de Mitre

De retour à Milford, nous admirons le célèbre Pic de Mitre. Je ne me lasse pas d’admirer ce magnifique paysage. Sauvage et intriguent. Malgré les touristes, je me sens un peu comme au bout du monde.

Les Kea sont toujours là. Toute une technique pour réussir à préparer le petit déjeuner sans perte. Ils sont sur le toit, à guetter la moindre faille pour pouvoir s’emparer de notre nourriture, sous les regards amusés des autres touristes !

Le lac Marian

De Milford à Te Anau, la route des Fjordland fait près de 130 km, sans trace de vie humaine. Il y a beaucoup de randonnées à faire dans les environs. Nous choisissons de partir pour le lac Marian, environ 3h allée/retour. Nous passons par la forêt. Le sentier est très boueux. Mais le lac est superbe. Entouré de montagne aux multiples petites cascades, l’eau est turquoise.

Nous reprenons la route pour rentrer à Te Anau, toujours aussi émerveillé par le paysage qui défile devant nos yeux. Le soleil se couche peu à peu. Nous passons devant Mirror lake, où nous admirons les montagnes se refléter dans le lac.

 

De Queenstown à Milford Sound

Nous avons quitté Queenstown. La neige commence à fondre, les températures sont plus douces. Nous partons en direction de Te Anau, en longeant le lac Wakatipu sous un beau soleil.

Le lac Mavora

Dès le lendemain, nous profitons d’une éclaircie pour partir marcher autour du lac Mavora. Les paysages environnants ont servi de lieu de tournage pour « le seigneur des anneaux ». Un endroit très apaisant et peu touristique, nous ne croisons personnes lors de notre balade. Après l’agitation de Queenstown, un peu de solitude nous ressource.

Le Fjord de Milford

Nous partons pour le Fjordland. Après avoir dormi dans un camping du parc, nous nous levons au petit matin pour une croisière de 2h autour du Fjord de Milford. Malheureusement, le temps est gris et pluvieux. Le Fjordland est l’une des régions les plus humides du globe, avec plus de 200 jours de pluie par année. Comme me disait plusieurs locaux : Milford sans pluie, ce n’est pas vraiment Milford.

L’oiseau intrusif

 

En arrivant sur le parking de Milford, nous sommes accueillis par des Kea, un perroquet kaki endémique à l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande. Leur objectif : voler la nourriture. Et ils ne sont pas peureux! 2 secondes d’inattention suffisent pour qu’ils s’introduisent dans le coffre de la voiture.

En bateau

Malgré la pluie, nous restons tout le long de la croisière sur le ponton. Nous passons près de différentes cascades, toutes plus belles les unes que les autres. Avec l’humidité et la pluie, d’autres petites cascades se dessinent le long des falaises. La brume rend les lieux intriguent et mystérieux. Les montagnes se cachent et se dévoilent.

Entouré de dauphins

Nous apercevons des dauphins au loin. Ils s’approchent du bateau, et se mettent à nager à la proue. Penché à l’avant, je les regarde avec des yeux d’enfant. C’est un peu comme un jeu pour eux. En groupe, petits et grands, ils sautent les uns après les autres pour notre plus grand bonheur.