La péninsule-Bruce, paradis d’eau douce

Des paysages digne de carte postales de la méditérannée, avec ses eaux turquoises et ses falaises, le Canada nous cache un coin de paradis. Nous sommes bien en Ontario, à la péninsule-Bruce, entre la baie Georgienne et le Lac Huron.

Tobermory

Nous sommes du côté de Tobermory, un village de pêcheurs très actifs en été, riche en activités et points d’interêt. En effet, elle abrite 2 parcs nationaux : le parc national de la Péninsule-Bruce et le parc marin Fathom Five. De pur joyaux.
Mieux vaut être matinal pour avoir accès aux stationnements (payant) des différents points d’interêt. Il faut réservé tôt, au minimum 1 semaine avant, pour le parc national de la Péninsule-Bruce. Nous n’avons malheureusement pas pu nous y rendre.
Le village touristique abrite un port, un phare, et il est le point de départ pour se rendre à l’ile Flower pot.

Parc national Fathom Five

Situé entre les eaux cristalline de la baie Georgienne et du lac Huron, les rochers de dolomite se sont élevé pour former le parc marin Fathom Five. On peux découvrir bien des merveilles comme les formations rocheuses, ses eaux turquoise, son écosystème, des espèces d’orchidées rare. C’est aussi 22 épaves à découvrir en plongé sous-marine, snorkelling, ou même en passant à bord d’un bateau.

L’île Flowerpot

Sans doute l’activité phare du parc Fathom Five. Nous partons en milieux de matinée à bords d’un zodiac pour nous rendre sur l’île. En chemin, nous arrêtons proche de 2 épaves peu profonde que nous pouvons voir. Nous apprenons l’histoire de ces mystères.
l’île est populaire. Nous sommes nombreux à vouloir admirer sa beauté. Nous n’arretons que pour 2h30, dû aux mesure Covid 19. Seul le sentier pour rejoindre Flowerpot » est accessible. En tant normal, il est même possible de camper sur l’île.
Nous marchons le long de la plage de galets, les pieds dans l’eau fraiche à admirer le paysage exotique, au Canada.

Snorkelling

Malgré la fraicheur de l’eau, cela ne nous empêche pas de vouloir explorer en snorkelling les environs. Nous arretons à Little Cove, qui fait partie du parc national de la péninsule-Bruce. De nouveaux les paysage sont exceptionnel.
Nous rejoignons Tobermory. 4 spots sont accessible pour explorer les épaves. Des groupes de plongeurs sont présent ainsi que plusieurs personnes snorkelling, en kayak, en paddle. Je parcours les alentours muni de mon masque et tuba. L’eau est si clair qu’on peux voir facilement à 10m de profondeur. Ce sera le froid qui m’a chassé de l’eau.

La baie Georgienne, du parc Killbear à la péninsule de Bruce

Nous quittons le parc d’Algonquin pour rejoindre le parc de Killbear, situé sur le coté Est de la baie Georgienne.

Le parc Killbear

Le parc est idéal pour toutes les activités nautique et la baignade, avec ses nombreuses plages autour de la péninsule. Situé au bord de la baie Georgienne, les panoramas sont magnifique. L’ours est présent, d’où son nom. Nous n’en avons pas vu malheureusement.
Nous rejoignons l’un des grand campement tout proche de la pointe. Nous parcourons le sentier menant au phare, longeant la baie. Le paysage est paisible et magnifique. Le phare est un lieu prisé pour les couchés de soleil.

En route pour la péninsule de Bruce

Nous partons sous une pluie battante qui nous suivra jusqu’à destination. Nous avons manqué quelques points interessant en chemin.
Wasaga beach, situé au sud de la baie Georgienne, est la plus grand plage d’eau douce au monde, avec ses 14 km de sable.
Blue Montains est une station de ski, offrant de nombreuses expériences d’activités de plein air. Tout proche, Collingwood est réputé pour être un village charmant.

Cape Croker

Nous arrivons au parc de Cape Croker, situé sur la péninsule de Bruce, où nous installons notre tente pour quelques jours. Le parc est un territoire amérindien, du peuple Chippewa. Un pow wow y est organisé chaque années. Le par possède une plage et différents sentiers de randonnée.
Nous partons découvrir la péninsule de Cape Croker, peu touristique. Au hasard des routes, nous découvrons des plages de galets avec une eau translucide et turquoise, déserte. Lors de nos baignades rafraichissantes, nous sommes ébahi par la transparence de l’eau. Même immergé au niveau du cou, je peux voir les galets du fond.

Greig’s Cave

C’est en voyant un panneau au bord de la route que la curiosité nous prend. Non loin de Cape Croker, les grottes/cavernes de Greig (Greig’s Cave) valent le détour. Un parcours d’environ 1h nous mène à de nombreuses cavernes, où il est possible d’entrer, en prenant garde de ne pas se tordre les chevilles sur les pierres. Les vues sont fantastique, et on s’amuse à se mettre dans la peau d’un homme des cavernes.

Le parc provincial Algonquin, l’enchanteur

Nous ne connaissons pas beaucoup l’Ontario. Avec toutes les restrictions, voici l’occasion de découvrir notre province voisine. Nous commençons par le parc provincial Algonquin, que nous souhaitions visiter depuis quelques temps.

Nous sommes sous le charme

Nous arrivons en début de soirée après une pluie abondante, et nous traversons le parc pour rejoindre notre campement au tea lac. Le panorama défile et nous enchante, l’atmosphère humide vient apporter une touche mystérieuse. Nous croisons de nombreux lac et étangs, la forêt est dense. Nous restons aux aguets dans l’espoir de croiser un ourse ou un orignal.

15 randonnées 

Pour explorer les diverses écosystèmes et beautés du parc, de nombreuses randonnées peuvent se faire sans trop de difficultés.
Nous commençons par Beaver Pond, une boucle de 1h30. Nous passons entre 2 étangs bordés de nénuphars en fleurs. Nous avons pu apercevoir des huttes de castor.
Spruce Bog est une petite boucle de 1h, accessible à tous, passant dans les tourbières sur des passerelles de bois, puis dans une forêt de pins. Nous l’avons beaucoup aimé.
Lookout prend environ 1h30. Ça grimpe un peu avant d’arriver en haut de la colline surplombant la forêt, avec une vue sur le lac smoke au loins.
Whiskey Rapids est une boucle de 1h30. Nous longeons la rivière avec différents points de vue sur celle ci. 

Un orignal

C’est en route que j’aperçois un orignal au milieu de l’étang. Nous ferons vite demi tour pour pouvoir l’observer depuis la rive, rejoins petits à petit par d’autres personnes. Cet orignal male broute tranquillement les herbes hautes au loin, sans trop se soucier de notre présence. Un instant magique.

Canot sur le lac Opeongo

Le parc provincial Algonquin est bien connu pour le cannot, et même le cannot camping. Il est possible de partir une dizaine de jours. Quand on voit la taille du lac, ce n’est pas étonnant. Il est possible de prendre des bateau taxi avec le cannot pour commencer depuis un autre point.
Nous louons un cannot pour la journée, prêt à explorer le lac, depuis un autre point de vue que la terre ferme. Nous commençons par remonter le cours d’eau qui se jète dans le lac. Très paisible, on peux observer les oiseaux. Nous avons même vue 2 tortues. C’est aussi pendant cette portion qu’Hilal a perdu son téléphone. On en a déduit qu’il a du tomber à l’eau…
Nous continuons notre tour sur l’immense lac Opeongo, aux bords sinueux et sans fin.