La Central Coast

En partant le matin de Leura pour prendre un train, je me tord la cheville et je chute dans les escaliers. Je me rend à l’évidence qu’il s’agit certainement d’une entorse. Je décide de me rendre tout de même à la gare pendant que mon pied est encore à chaud.

Arrivé au village de Killcare

Leslie, un ami d’ami, viens me chercher à la gare. Il m’accueille pour quelques jours avec sa femme Liza, un charmant couple d’environ 55 ans. Ils sont tous deux infirmiers, et s’occupent de moi pour les prochains jours. Il s’agit bien d’une entorse après avoir consulté à l’hôpital, et je dois rester au calme. Le cadre s’y prête parfaitement, une jolie maison en bordure de mer, avec la forêt environnante, magnifiquement paisible. Malgré les circonstances, le séjour fût plus qu’agréable.

La charmante ville de Newcastle

Ma cheville se rétablit, je suis capable de marcher plus ou moins normalement. Après avoir passé 3 jours chez Leslie et Liza, je prends le train pour Newcastle, une ville située un peu plus au nord. J’arrive à l’auberge de jeunesse, dont l’ambiance me rappel celle où je travaillais en Woofing en Nouvelle-Zélande. Je pars explorer la ville à pied, lentement. Petits cafés, beaucoup de street art, j’aime beaucoup l’ambiance.

Promenade près du phare

Après avoir exploré le musée d’art, je marche en bord de mer rejoindre la jetée et son phare. Plus tard, au même endroit, je sympathise avec 3 espagnols restant à la même auberge. Nous admirons le coucher du soleil sur la ville au loin, avec un groupe de dauphins situés tout près. Quel magnifique spectacle.

L’hopital des Koalas

Je pars de Newcastle avec Jessica et Julia, deux allemandes rencontrées à l’auberge. Elle partent pour Byron Bay et peuvent me déposer à Bellingen, mon prochain arrêt, situé à environ 400 km au nord. Nous décidons de nous arrêter à l’hôpital des Koalas de Port Macquarie. Le centre accueille les marsupiaux blessé, les soignent puis les réintègrent à leur habitat naturel. Souvent dû aux accidents de la route, les morsures de chiens, ou encore les feux de forêt. Ils sont tout simplement adorables.

 

 

 

Sydney et son fameux Opéra

En route pour Sydney

Je pars de Nowra en début d’après midi pour me rendre à Sydney en passant par les montagnes.  Après 2 lift, j’arrive sur une portion de route en travaux. Nous sommes bloqués durant 30min. Pendant ce temps, nous commençons à discuter avec Garry, qui est à bord d’un gros truck. Il se rend à Sydney et me propose de m’y conduire. Plus de 2h avec de la musique electro et des conversations passionnantes. J’arrive ensuite chez Aman, mon hôte.

Visite de Sydney

Sydney est une grande ville, avec de nombreux quartiers. J’arrive au centre ville et commence ma visite avec The Rock, un petit musée gratuit, racontant l’histoire de L’Australie, notamment la vie des aborigènes. Je me promène dans Sydney Cove, d’ou j’ai une belle vue sur l’opéra. Une cérémonie de mariage à lieu au même moment.

Le fameux Opéra

Je traverse le pont de Sydney Harbour Bridge, avec beaucoup de passage pour me rendre sur l’autre rive. D’ici, la vue sur la ville est splendide et j’en profite pour flâner dans les alentours avant de prendre le ferry. Je continus de marcher dans les rues de Sydney en passant par le quartier chinois.

Bondi Beach et la côte

Je pars le lendemain pour Bondi Beach, une plage très connu, notamment pour le surf. Malheureusement, il pleut, mais la vue est très belle. J’en profite pour observer les techniques de surf. Je continu mon chemin le long de la côte en passant par les falaises, de petites plages et de très belle vues en finissant par la plage de Coogee.

 

Christchurch et ses alentours

Je suis partie avec Andrew et Yoka, son amie pour une marche dans les collines, à Castle Rock, depuis Lyttelton.

Une vue époustouflante!

Dans une bonne ambiance, après 45 min de marche, dans les collines, nous arrivons au sommet. Une vue sur Christchurch d’un côté, et sur Lyttelton de l’autre sous un beau soleil, près du téléphérique. Une belle matinée!

New Brighton

Je pars dans l’après midi avec Molly, la fille d’Andrew. Nous partons explorer ce quartier de Christchurch, situé en bord de mer. Un quartier sympathique avec de nombreuses fresques murales, un centre commercial coloré et une belle jetée, sous le soleil doré de fin d’après midi. Nous repartons à Lyttelton pour une soirée crêpes, l’occasion de faire découvrir la cuisine française.

Je pars le lendemain rencontrer mon nouvelle hôte, léo, un argentin. Je suis accueilli chaleureusement au sein de la colocation, tous argentins, où nous cuisinons ensemble des empanadas dans une très bonne ambiance.

Le musée de Canterbury

Avec Léo et ses amis, nous optons pour visiter le musée de Canterbury car le temps est gris. Un très beau musée, gratuit, situé à côté du jardin botanique. La culture maori est notamment retracé, ainsi que le colonialisme.

 

de Queenstown à Christchurch

Nous somme remonté sur Queenstown où nous avons passé une semaine, le temps de mettre en place les recherches d’emplois. Le temps est plutôt gris, mais le soleil fini par apparaître pour mon dernier jour à Queenstown.

Nevis, le grand saut

Et oui, je me décide finalement à le faire. Le saut à l’élastique. Et Queenstown est la place parfaite, car c’est ici que tout est né. Je décide de faire le plus haut, Nevis. Une chute de 134 m. Le saut se fait à partir d’une cabine téléphérique suspendu. Le personnel m’équipe, et j’avance au bord du vide. Impressionnant, j’ai le coeur qui palpite! Quelqu’un compte jusqu’à 3. Je ne réfléchis pas, je saute! Après avoir crié de toutes mes forces, je finis par rire, pendu à l’élastique!

Départ pour Christchurch

Je passe ma dernière soirée avec Emeline, avec un traditionnel FergBurger. Triste de la quitter, mais aussi contente de vivre de nouvelles aventures. Je pars le lendemain matin, de nouveau sur la route.

Je commence depuis le centre ville. Plus de 450 km à faire, en passant par une route peu empruntée. Je suis chanceuse, la première voiture s’arrête pour me conduire à Frankton. Puis une autre m’avance à Crowell. A partir d’ici, il y a beaucoup moins de passage, mais quelqu’un fini par s’arrêter. Il va jusqu’à Christchurch!

Les lac Pukaki et Tekapo

La route est magnifique. Nous passons dans la vallée bordée de montagnes. Nous arrivons au Lac Pukaki, situé près du fameux Mont Cook. Un lac d’une couleur extraordinaire et captivante. Nous continuons la route jusqu’au lac Tekapo, où nous partons voir la petite église située au bord du lac. Magnifique!

Christchurch

Arrivé à Christchurch, je rejoins mon hôte, Andrew. Je suis reçu chaleureusement. Agé de 58 ans, c’est quelqu’un de très actif et intéressant. Il fait de magnifiques aquarelles de la côte Ouest.

Je pars explorer Christchurch, la 2ème plus grande ville de Nouvelle-Zélande, dès le lendemain. Il y a 3 ans, la ville a subi un séisme tellement fort, que le centre ville à été détruit. Depuis, la ville est en reconstruction.

Le centre est en chantier. Je commence par le nouveau centre commerciale. Re : Start. Sa particularité? Il est fait en conteneurs multicolores. Un moyen de redonner vie au centre ville. Le street art est un peu partout dans la ville. Pour moi, c’est un peu la particularité de Christchurch : sa créativité! J’arrive ensuite à la cathédrale, à moitié démolie. Un peu triste de voir cette ruine. Mais la ville se reconstruit pour un nouveau départ.

 

 

Dunedin et ses alentours

Nous avons rejoint Dunedin, cette charmante petite ville étudiante et dynamique.

La rue la plus pentue du monde

Et oui, nous avions déjà remarqué que les rues pouvaient être très pentues. Mais la rue Baldwin tient le record du monde. La montée fait mal aux mollets !

Tunnel Point

Nous avons passé la nuit sur un camping gratuit, situé à côté de Tunnel Point. Une vue magnifique sur un océan déchaîné. L’écume s’envole comme si il neigeait. Les rochers sont percés par les vagues. Nous passons par un petit tunnel pour arriver de l’autre côté de la petite péninsule. Superbe.

Nous visitons la péninsule d’Otago. L’endroit est très beau, mais nous sommes un peu déçus. Tous les accès de la pointe se font uniquement en payant des tours, plutôt dispendieux.

Dans les rues de Dunedin

L’architecture ancienne de cette petite ville lui donne beaucoup de charme. Les églises, la cathédrale et la gare particulièrement, mais aussi les maisons au style Victorien. L’art est aussi en vedette. De nombreuses galeries, ateliers, mais aussi de grandes fresques dans les rues. L’office du tourisme propose même un circuit pour pouvoir admirer toutes les œuvres d’art de rue.

Moeraki et les boulders

Nous reprenons la route en direction de Moeraki. La particularité de ce lieu : les boulders. De nombreux rochers, à la forme de boules géantes, sont étendus le long de la plage. Un endroit particulier et magnifique au coucher du soleil.

Nous partons du côté du phare, où se situe une colonie de pingouins aux yeux jaunes. Nous arrivons juste à temps pour voir de loin 3 pingouins sortir de l’eau et regagner la forêt. La journée finie en beauté !

 

De San Francisco au parc de Yosemite

Lors de ma dernière journée à San Francisco, j’ai exploré le centre ville. J’ai commencé par aller a cette fameuse place qui est les painted ladies. Plus tard, je prends le cable car, une sorte de vieux tramway attirant beaucoup de touristes et pleins à craquer. J’arrive en haut d’une colline avec la célèbre vue sur San Francisco, attirant toujours autant de touristes. Je me promène ensuite dans les rues du centre ville en passant par le quartier chinois.

Le lendemain, je retourne sur la route en direction du parc de Yosemite. Je prend une sorte de train de banlieue pour me rendre dans une petite ville, Dublin, afin de commencer à faire de l’autostop à l’entrée de l’autoroute.

3h après, je suis toujours au même endroit.

Oui, c’est la première fois que cela m’arrive, mais c’est le risque. Je vois les heures défiler et je commence à me demander ce que je vais bien pouvoir faire. Rendu 2h30 de l’après midi, je finis par me décider de reprendre le train de banlieue pour quelques stations avant et essayer de nouveau. Je me dis que si à 4h de l’après midi personne ne s’arrête, je retourne à San Francisco.

Une voiture s’arrête 10 min avant.

Je n’y croyais plus, mais Joseph c’est arrêté ! Quelle chance. Quelqu’un d’adorable, très sympathique, originaire de Roumanie, il a le cœur sur la main. Il m’a arrêté à Modesto et insistait pour que je dorme dans un motel et voulais même me l’offrir, il avait peur que je dorme dehors. Mais tant qu’il fait jour, je me dis que je peux continuer.

Une autre personne s’arrête quelques minutes après pour m’avancer, puis un couple de Français s’arrête de nouveau. Super sympa, ils ont fait un bon détour pour me conduire à l’auberge de jeunesse. J’ai fini par arriver à Yosemite au moment où il commence à faire nuit !

 

Dans les rues de San Francisco

Quelle belle ville San Francisco. Beaucoup de personnes me disaient que j’aimerais, et c’est vrai! Je ne me lasse pas d’avoir les yeux en l’air, à admirer sont architecture propre à elle. Les maisons colorées de l’époque Victorienne me rappellent Montréal. Dans d’autres quartiers, des influences méditerranéennes, moulures, colonnes, faïences, couleurs pastels, lui donnent beaucoup de charme.

La nourriture est excellente, souvent issue de l’agriculture biologique.

On mange sainement, beaucoup de petits café locaux proposent des recettes sans gluten, végétariennes et même végétaliennes. Ici, on recycle, on composte! La population est très accueillante et sympathique. Il est facile d’ouvrir la conversation avec quelqu’un, chose qui n’est pas forcément commune pour une grande ville. La seule chose qui me choque est le nombre très élevé de sans abris, principalement dans le centre ville. Oui il y en a beaucoup, et beaucoup ont des troubles mentaux.

Je suis partie en direction du quartier de Mission et je suis passée par cette fameuse ruelle couverte de graffiti, Clarion Alley. Différents artistes ont contribué à cette allée haute en formes et couleurs en tous genres, psychédélique et déjanté.

Plus tard, je pars visiter le Mission Dolores de San Francisco, construit à la fin du 18ème siècle. Celui ci est le dernier de la route reliant Mexico à San Francisco, construis entre 1500 et 1800 par les espagnols.

Je me promène ensuite sur la rue Haight, qui fût le pôle du mouvement hippie dans les années 1960. Car oui, il ne faut pas l’oublier, c’est ici qu’il est né.