Les lacs Tikitapu et Rotokakahi

Pour ma journée de congé, je décide d’aller explorer les lacs aux alentours de Rotorua. Ils se situent à environ 10 km du centre ville, je me rends sur place en auto stop. Je commence ma randonnée en longeant le lac Tikitapu, appelé aussi le lac Bleu. Ce lac est populaire pour la baignade.

Je me retrouve un peu seule.

En habitants dans une auberge de jeunesse, je suis avec du monde constamment. J’adore, mais cela me fait du bien de marcher seule. Je continue ma randonnée en rejoignant le lac Rotokakahi, appelé communément le lac vert. Personne sur le sentier, un paysage magnifique, que ça fait du bien.

Des oiseaux de toutes les couleurs

Je croise plusieurs spécimens d’oiseaux que je n’ai jamais vu auparavant. Bleu, vert, rouge, ils sont magnifiques. Je marche plusieurs heures autour du lac, le sourire aux lèvres, à profiter de la nature. Un moment très apaisant. Après 6h de marche, je rejoins la route principale. 2 jeunes filles, d’origine Maori, s’arrêtent en voiture et me propose de me reconduire en ville avant même que je commence à faire de l’auto stop. Elles étaient juste adorables.

 

Rainbow Mountain et Bain de boue

Chris, le propriétaire de l’auberge, nous a emmené faire un tour avec mes collègues. A bord du van, nous arpentons les alentours dans la joie et la bonne humeur. Il nous explique comment le paysage de petites collines verdoyantes a été créer, suite à l’éruption du Mont Tarawera en 1886.

Une montagne haute en couleurs

Nous arrivons au parc de Rainbow Mountain. Après une marche dans la forêt peuplée de fougères arborescentes, nous arrivons près d’une superbe vue sur la montagne. Un petit lac bleu turquoise à sa base. Le sommet est coloré de roches rouges. Des touches jaunes apparaissent autour, créé par le sulfure. La montagne arc-en-ciel porte bien son nom.

Le plus grand bassin de boue chaude

Nous arrivons près de Wai-O-Tapu et son fameux bassin de boue. L’odeur est intense. La température est très élevée. Chris extrait un peu de boue du bassin. Nous allons ensuite près de la rivière chaude. Tous en maillot de bain, nous nous tartinons de boue encore chaude, avec beaucoup de rires.

Un bain chaud

A la croisée de la rivière d’eau chaude et d’eau froide. La température est parfaite. Nous restons près d’une heure à barboter et nous détendre.

 

Le Moko : le tatouage Maori

Cela fait longtemps que je voulais un tatouage. Mon problème était que je ne savais pas ce que je voulais exactement. Mais lorsque j’ai commencé à boucler mes valises pour partir en Nouvelle-Zélande, l’idée d’un tatouage Maori a alors germé. Ces traditionnel tatouages sont appelés Moko.

Une part de la culture

Dans la tradition Maori, le Moko peut être fait sur le visage ou le corps. Il peut apparaître entièrement sur le visage pour les hommes, tandis que pour les femmes, uniquement sur le menton. Chaque Moko est unique, composé de motifs et signes ayant chacun une signification.

Il raconte une histoire

L’histoire de la personne qui le porte. Chaque motif est un message. Ces différents messages racontent l’histoire de la personne qui le porte : sa famille, d’où il vient, et ce qu’il fait.

Je me lance. Plusieurs personnes de l’auberge me conseillent d’aller à Ta Moko. On est même 3 personnes de l’auberge à avoir pris rendez-vous le même jour.

Le tatoueur commence par dessiner la forme général au feutre, qu’il ajuste petit à petit selon les commentaires. Il pose ensuite quelques questions sur mon histoire et ce que je veux faire apparaître. Une fois validé, il continue le tatouage à l’encre,  en commencent par tracer la forme général, puis les détails avec les motifs. Duré total : 1h30.

Alors, motivé pour un Moko?

 

 

 

Whakarewarewa, le village Maori

J’ai beaucoup travaillé cette semaine. Lorsque je ne travail pas à l’auberge ou bien au restaurant, je garde les 3 enfants de mes patrons. 2 petites de 4 ans et un petit de 5 ans, ça brasse! La semaine dernière, avec mes collègues de l’auberge, nous sommes partis l’après midi visiter le village de Whakarewarewa, un village maori près de Rotorua, situé dans une zone géothermique.

Des cratères et de l’eau chaude

Tout autour des maisons, il y a des bassins d’eau chaude naturelle ainsi que des cratères fumants. Évidement, l’odeur de soufre vient avec. Afin de cuire les aliments, les villageois enveloppent leurs aliments dans des paniers tressés, puis les trempent dans les bassins d’eau chaude. Cette méthode de cuisson est appelé Hangi.

Des danses traditionnelles

Nous avons pu voir la performance de plusieurs danseur, avec le traditionnel Haka. J’avoue que les expressions faciales sont hallucinantes.

Nous avons continué notre tour autour des maisons, du cimetière et des cratères. Nous avons terminé en observant de loin le Geyser en éruption. L’éruption à lieu plusieurs fois par jours, naturellement, durant plus d’une demi heure.

 

 

 

 

Les couleurs de Wai-O-Tapu

J’ai profité de ma journée de congé pour visiter le superbe parc de Wai-O-Tapu. Un parc volcanique situé à 30 km de Rotorua. Sa particularité? la richesse des couleurs. Ce parc fait partie des 20 sites les plus spectaculaires dans le monde.

Le bus pour se rendre au site coûte plus cher que l’entrée du parc. Je décide donc de me rendre là bas en auto stop. Je quitte l’auberge de bon matin, pour être certaine d’arriver suffisamment tôt pour voir l’irruption du Geyser, qui à lieu à 10h15. Je suis chanceuse, une voiture s’arrête immédiatement. Un couple de Néo-Zélandais me conduisent à destination.

Une éruption provoquée

Je dois avouer que j’ai été un peu déçu. Un présentateur fait un discours, puis jette du savon dans le Geyser pour provoquer son irruption. Cela reste très beau à voir, mais perd un peu de magie. Je pars ensuite découvrir les différents points du parc. Les différents cratères fumants, bordés de soufre coloré, jaune, vert et orange. Mais en arrivant au Lac Champagne, je suis fasciné!

Un lac fumant, orange, bleu, jaune

Il s’agit de la star du parc, et il le mérite. Les couleurs sont splendides. Mais les vapeurs de soufre sentent fort, et donnent les larmes aux yeux. Je continue le chemin pour me rendre au lac Ngakoro, avec d’autres superbe coins sur le passage. J’ai l’impression qu’un artiste à fait tomber sa palette de couleurs ici.

Je fini la visite par le Devil’s Bath, ce fameux lac vert, presque fluo!

 

 

Kiwi Noël à Rotorua

J’ai décidé de rester à Rotorua pour environ 1 mois. J’ai trouvé un petit emploi saisonnier dans un restaurant indien. J’ai aussi commencé à travailler quelques heures par jours en échange de mon hébergement dans une auberge de jeunesse, le cactus Jack. Et je vous déconseille cette auberge de jeunesse, l’ambiance n’est pas des meilleurs. Une copine rencontrée à Tauranga était dans une autre auberge, le Crach Palace.

Rien à voir! Une ambiance du tonnerre, de beaux locaux bien aménagé, un jacuzzi, des activités tous les soirs. Je fini par leur demander si ils ne cherchent pas quelqu’un pour le ménage en échange de l’hébergement. Et oui, ils recherchaient quelqu’un. J’ai donc déménagé dans cette auberge lundi matin et je m’y plait bien!

De super collègues!

Pour le réveillons de Noël, étant serveuse, j’ai travaillé. Mais de retour à l’auberge, je retrouve mes collègues ainsi que les touristes autour d’un verre, à jouer au times up. Aujourd’hui, après avoir travaillé à l’auberge dans la matiné, notre boss nous attend avec une bière.

Il nous a préparé un Barbecue de Noël

Une grande tablée, un barbecue, du vin, beaucoup de rires et une excellente ambiance sous le soleil. Nous avons échangé nos cadeaux. Un peu plus tard, et après quelques verres qui nous rendent très joyeux, nous décidons de passer l’après midi dans le jacuzzi, et jouer à des jeux.

Définitivement, un Noël que je n’oublierais pas! Si vous passez par Rotorua, retenez l’adresse!

 

 

De l’océan aux volcans : Tauranga et Rotorua

Le soleil est de retour. Je profite de ses rayons pour explorer les environs. Je suis partie hier après midi avec un français rencontré à l’auberge en direction du Mont Maunganui. Une petite montagne située a l’extrémité de la péninsule.

Des moutons et des lapins

En bas de la montagne, les collinettes verdoyantes sont peuplées de moutons et de lapins. Aucun enclot, ils vont au gré de leurs envies. Au sommet, la vue est superbe. Donnant sur la ville, l’océan et les îles, le mont est entouré par une forêt de fougères, typique de la Nouvelle-Zélande. Plus que de simples fougères, ce sont des arbres.

La recherche d’emploi ne portant pas ses fruits sur Tauranga, je décide d’explorer la région. Aujourd’hui, je suis partie avec 2 Hollandais, rencontré la veille à l’auberge, en direction de Rotorua.

Une odeur de souffre

Pourquoi? Ceci est dû à l’activité géothermique dans la région, particulièrement à Rotorua. Nous commençons par visiter un peu la ville, puis nous longeons le bord du lac. L’eau est très claire, une sorte de turquoise pâle, dû à l’activité volcanique. Car le lac est un ancien volcan. La rive est bordée de cratères fumants ainsi que de bassins de boue chaude, le tout accompagné d’une intense odeur de souffre.

Nous partons plus tard à Redwood, une forêt du géant rouge de la Californie. Ces arbres ont été planté il y a plus d’un siècle, et ce sont très bien acclimatés. Associé aux fougères, ainsi qu’aux petits bassins d’eau à la couleur turquoise, le lieu est tout simplement magnifique.

J’ai l’impression d’être dans une forêt enchantée

Lee, mon hôte, d’origine européenne et maori, est venu me chercher dans la soirée. Je suis accueilli chaleureusement au sein de la famille, avec ses 2 petites filles, dans une maison en banlieue de la ville.