Le dernier bout de la Route 138, de Havre Saint-Pierre à Kegaska

Nous quittons Havre Saint-Pierre en direction de Kegaska, les 200 derniers kilomètres de la 138. Nous avons pu louer à l’office du tourisme un guide audio pour nous accompagner sur la route, et durant nos escale, de Havre Saint-Pierre à Natashquan, anciennement la fin de la route 138. Des locaux nous racontent les histoires de leur pays, des spécialistes nous expliquent la diversité de la flore et de la géologie, nous découvrons des artistes d’ici et plusieurs anecdotes. Un bout de chemin très instructif, offrant aussi de beaux panoramas.

Baie Johan-Beetz

Un petit village très charmant et tranquille. On s’arrête pour la beauté des points de vue qu’offre le parc de Baie Johan-Beetz, ses petites maisons colorés, la maison Johan Beetz, appelé aussi le « chateau ». Un chemin de bois passe parmi les maisons, l’église et le boisé.

Aguanish

Arrivé en fin d’après midi, nous avons tout de suite été séduit par Aguanish. Avec sa rivière, ses plages, ses maisons blanche éparpillées, sa beauté est époustouflante, particulièrement au coucher du soleil. Nous avons d’ailleurs décidé planter notre tente au camping Relais de-Cayes, d’où nous avons pu admirer l’incroyable levé de la lune rousse. Magique!

Natashquan

Connu pour être le village natale de Gilles Vigneault, un poète-chansonnier (que nous avons découvert pendant l’enregistrement audio), certains iront visiter ses maisons. Depuis le bord de l’eau, on peux admirer les Galets un peu plus loins, un regroupement de petits hangars blanc au toit ardoise et parsemé de rouge. Elles sont le vestige de l’un des centre de pêche le plus actif de la région. On y accède par une passerelle en bois et on profite ensuite pour marcher le long de la plage.

Arrivé à Kegaska

Plus de 50 km de route de gravier avant d’arriver à la fin de la route. Nous traversons plusieurs rivières avec de beaux points de vue avant de rejoindre Kegaska, le premier village de la basse Côte-Nord, qui fut rattaché par la route en 2013. Un village de pêcheur dans une nature grandiose, on se sent au bout du monde.

La route se termine, mais il y a plusieurs villages le long de la côte avant d’arriver à Blanc Sablon, où la route reprend. Ces villages sont accessibles par ferry, ou certains par avion. Parmi eux, le fameux village de Harrington Harbour, qui a servit de lieux de tournage au film Québécois « la grande séduction ». Il est classé parmi les plus beaux villages du Quebec. Malheureusement, avec la pandémie, il n’est pas possible de se rendre aux autres villages de la Basse Côte Nord.

 

Dans les bayous de la rivière-des-milles-îles

Un peu trop dernière minute pour pouvoir louer une voiture pour nous evader le temps d’une journée, nous avons cherché un lieu dépaysant, mais accessible en transport en commun. Nos recherches nous on conduit au parc de la rivière-des-milles-îles, au nord-ouest de l’île de Laval. 1h30 en transport en commun depuis Montréal.

À la découverte du parc de la rivière-des-milles-îles

Les bayous de la rivière se naviguent en canot, kayak ou encore en paddle. Pour quelques heures ou pour la journée. C’est une activité très populaire. Dès l’embarcation, le décor est enchanteur. Le temps de nous synchroniser, nous naviguons sur les flots de la rivière à la découverte des multiples îles, parfois habité, parfois sauvage. Nous pouvons débarquer sur certaines où il est possible d’en faire le tour. Nous traversons de long ponts à la circulation dense, et des zones plus rustique que nous offre le marais. Un lieu mi-habité, mi-sauvage.

Une reserve faunique

Le parc de la rivière-des-milles-îles abrite la plus grande biodiversité de la région. Depuis notre canot, nous avons pu observer de nombreux animaux. Nous avons tout d’abord rencontré une tortue peinte, qui se réchauffait au soleil. De nombreuses outardes, ces oies sauvages noir et blanche, peu farouches. Des herons majestueux. De nombreuses libellules aux formes et couleurs variés. Il est aussi possible d’observer des castors pour les plus chanceux. Le parc abrite aussi 92 espèces désigné à statut au Quebec.

Il y a aussi une exposition permanente, pour découvrir des anecdotes sur le parc, et en savoir plus sur la faune. Nous l’avons manqué faute de temps.
Alors avez vous le goût de visiter ce lieu enchanteur?

 

La côte Nord du New South Wales

En arrivant à Bellingen, mes hôtes Lorance et Dani, un charmant couple dans la cinquantaine, viennent me chercher au village.

Un endroit paisible

Ils habitent une belle maison bordé de foret et entouré par les montagnes. Petit bonus, un cheval. Mon amie Laure-Anne, que je n’avais pas vu depuis 4 ans, arrive en soirée, pour un repas convivial, et de superbes retrouvailles.

Dani nous montre les alentours le lendemain, près de la rivières et le fameux Christmas Hole, très prisé durant cette fin de semaine de pâque. Une courte baignade dans l’eau très fraîche.

Près de Toormina

Adele, une amie de Laure-Anne vient à notre rencontre à Bellingen. Elle nous emmène nous promener sur une longue passerelle au dessus de l’eau près de Toormina, ou elle habite. Heureuse de nous faire découvrir son petit chez soi. Nous rencontrons sa famille pour une soirée pleine de joie.

En route pour Byron Bay

Adele nous montre différents point de vues près de Sawtell avant de nous quitter à Coffs Harbour en debut d’après midi. Avec Laure-Anne, nous commençons à faire du pouce afin de nous rendre à Byron Bay. Après plusieurs trajets et beaucoup d’attente, nous arrivons à destination en fin de journée rejoindre son mari William et son ami Cedric au camping.

Les plages de Byron Bay

Très connu pour ses plages, mais surtout pour le surf, cette petite ville balnéaire est relax mais aussi très fréquenté. Nous passons la journée à la plage située tout près du camping, dans l’eau du à la chaleur, mais aussi pour le plaisir des vagues. Je pars plus tard avec Laure-Anne pour une petite marche en ville, admirer le coucher du soleil près du phare.

 

Le village de Fanafo, à la rencontre de la population

Je suis de retour sur l’île de Santo, après avoir pris le petit avion surchargé de personnes et de bagages. Je retourne à la coloc. Je rencontre Anne-Sophie et Audrey au Kava, avec qui je pars le lendemain pour Fanafo.

Accueil et histoire du village

Nous partons dans le taxi benne. Après avoir passé 1h sur le chemin de terre, au milieu de la jungle, nous arrivons au village de Fanafo. Francky, le chef du village, vient nous accueillir accompagné de ses petits enfants, qui nous offrent des bouquets d’orchidées. Les plus jeunes sont en habits traditionnels, feuillage pour les filles, pagne pour les garçons. Nous sommes conviés à nous installer sur une natte, et nous écoutons l’histoire du village et des ascendants de Francky lors de l’époque colonial et la prise d’indépendance du pays. Une histoire passionnante.

Fanafo et ses habitants

Francky nous fait visiter son jardin, puis le village. Nous passons près de l’école et l’église. En chemin, nous rencontrons les villageois et discutons avec eux. Certains préparent du laplap, le plat typique Ni-Van. Nous rencontrons la seule dame habillé dans son feuillage traditionnel.

Une rivière pleine de vie

L’une des petites filles de Francky nous accompagne à la rivière. Un endroit très vivant, ou les gens se rencontrent et font leurs petites vies. D’un côté, les jeunes hommes s’amusent à se jeter dans l’eau. De l’autre, les femmes font leur toilette en restant habillé, ou bien lavent leur linge. j’hésite à me mettre en maillot de bain. Je fini par me baigner dans la rivière avec ma robe, intimidé à l’idée d’être la seule femme à moitié dénudé.

Dans cette rivière, nous rencontrons Lauretta, qui nettoie son linge. Nous sympathisons très rapidement, en blaguant beaucoup. Nous la retrouvons en soirée pour une petite balade suivi d’un Kava.

Nous rentrons à Luganville le lendemain matin après avoir passé la nuit en tente. Je retrouve mes adorables petites voisines. Aujourd’hui, elles prennent soin de moi et me font un masque à l’avocat.

 

Plongée et aventure sur l’île de Santo

Je pars sur le petit bateau accompagné de Murielle et Yann, rencontré plus tôt lors de mon escapade pour Port Olry. Nous partons plonger.

L’épave du président Coolidge

Il s’agit d’une des épaves les plus connus au monde. Ce paquebot de 200m a coulé en 1942 aprés avoir percuté une mine. Tout est resté intact à l’intérieur. Nous partons pour notre première plongée. l’intérieur est fascinant, on peut voir les obus intacts. Les jeux de lumière sont magnifiques et les algues et coraux se sont appropriés les lieux. Nous restons peu de temps dans l’épave malheureusement.

La danse des poissons flash

Nous attendons sur le bateau le coucher du soleil pour une plongée un peu plus spécial. Muni de torches, nous retournons à l’eau. Notre moniteur nous conduit à l’intérieur de l’épave, dans le noir le plus profond. C’est alors que de petites lumières apparaissent les unes après les autres, formant des bancs et des vagues tout autour de nous, tel des lucioles. Il s’agit des poissons flash, de petits poissons nocturnes aux joues phosphorescentes. Avec le bruit de ma respiration dans le détendeur au milieu de ce spectacle, j’ai l’impression de voler dans un pays féerique. L’une de mes plus belle plongée.

L’aventure de Millenium Cave

Millenium Cave est un tour comprenant 4 activités : randonnée dans la jungle, la traversée d’une grotte, du canyoning et de la nage. Cette activité sert aussi à financer une école. Car ici, l’éducation des enfants est payante.

Je pars accompagné de Benjamin, croisé plus tôt à Port Vila, ainsi que d’autres personnes. Après avoir passé 1h dans le taxi benne sur des chemins de terre traversant la jungle, nous rencontrons notre guide. Une petite marche avant d’arriver au charmant village rustique et bien entretenu, nous repartons en randonnée dans la jungle.

La grotte aux hirondelles

Nous descendons dans une grotte traversée par un petit ruisseau. Lieu de vie des hirondelles et roussettes, les nids sont nichés contre les parois. Muni de lampes torches, nous nous aventurons dans la grotte que nous traversons, dans un noir profond.

Canyoning et nage

Nous partons pour un peu de crapahutage entre roche et rivière, alternant les moments d’escalade, de marche, et des pieds dans l’eau. Nous arrivons dans le lit de la rivière située dans un canyon. C’est ici que nous allons nous laisser porter dans l’eau rafraîchissante en traversant une petite cascade, avec un arrêt plongeons dans l’eau à 6m de haut. La fin se corse un peu, avec une petite séance d’escalade avant de rejoindre le village.

dans mon top d’activités durant mon voyage au Vanuatu, 2 journées pleines d’aventures et d’émerveillement.

 

Hyengene et sa mystérieuse poule couveuse

Je rejoins des amis d’Emeline qui m’emmenent à Pouembout, où nous passons une bonne soirée. Environ 15 personnes. Nous partons pour Hiengene dès le lendemain matin. Sous une pluie battante, nous prenons la route de Koné-Tiwaka, une passe au milieu de la chaîne Calédonienne. arrivé sur la côte Est, le soleil apparaît. Nous rejoignons le camping, situé près de la fameuse plage du billet de 500.

La chute de Tao

Nous continuons la route au nord. Nous traversons la rivière avec le bac, le dernier de Nouvelle Calédonie, avec une belle vue sur les montagnes. Nous arrivons au stationnement. Environ 20 min de marche avant d’arriver à la chute de Tao. Haute avec un grand débit, cette chute est superbe. Nous partons nous baigner avec nos bouées, et nous passons un excellent moment dans l’eau très fraiche.

Plage et poissons

Nous partons le long de la plage en direction du rocher de la poule couveuse, muni de palmes, masque et tuba. Arrivé aux falaises nous décidons de nous mettre à l’eau. Nous croisons plusieurs tricots rayé, un serpent aquatique aussi bien à l’aise dans l’eau que sur terre. Nous partons explorer les coraux et ses habitants. Je croise des poissons clowns, des poissons perroquet, des poissons papillons ainsi que de nombreux autres dont j’ignore le nom.

La poule couveuse

Tout le monde est sur son départ. Je pars avec Emeline au point de vue donnant sur la fameuse poule couveuse, qui fait la renommé de Hiengene. Il s’agit d’un rocher rappelant étrangement la forme d’une poule. Entouré par les flamboyants en fleurs, la vue est superbe.

Et là, c’est la panne

La voiture s’arrête tout à coup lorsque nous roulons. Nous essayons d’arrêter des voitures. Après de nombreux appels, nous finissons par appeler les gendarmes. Il finissent par  faire redémarrer la voiture en nous assurant que tout irait bien si l’on ne s’arrête pas. Nous continuons notre route vers la Koné-Tiwaka. Mais lorsque nous allumons les phares à la tombé de la nuit, le scénario recommence… Mais cette fois-ci, nous sommes dans une côte, avec beaucoup moins de passage. Une première voiture s’arrête, puis plusieurs autres. Après avoir essayé de charger la batterie de nouveau, nous finissons par laisser la voiture dans le jardin d’une maison située en contrebas.Nous rentrons avec un couple et leur fille qui nous dépose à destination.

 

 

Road trip sur la West Coast

Le printemps a fini par pointer le bout de son nez. Avec Hilal, nous décidons de partir à l’aventure pour une fin de semaine en camping sur la côte Ouest. Nous partons vendredi soir, en route pour 4h d’auto, en traversant Arthur Pass et les montagnes environnantes. Nous passons la nuit près de Kumara.

C’est la deuxième fois que je viens dans la région. Toujours aussi belle et sauvage. La West Coast est réputé pour être très humide. Il pleut plus souvent qu’il ne fait beau. Par chance, il fait beau toute la fin de semaine.

Hokitika et ses environs

De bonne heure, nous commençons notre visite par la marche de Tunnel Loop. Un ancien chemin de fer passant par la forêt. Nous rejoignons ensuite Hokitika et nous partons directement au bord de la fameuse plage. Des branches plantées dans le sable forment le nom du village. Bonus, un fauteuil pour s’installer et admirer les environs.

Nous continuons notre périple pour les Gorges d’Hokitika. Cette seconde fois, le soleil est au rendez-vous, et nous dévoile le bleu turquoise et intense de l’eau. Magnifique!

L’étrange village de Blackball

Situé près de Greymouth, c’est ici que nous passons la nuit. Le camping est particulier. C’est en réalité le jardin d’une vieille maison blanche de style victorien inhabité. Plutôt étrange à première vue lorsque l’on arrive de nuit, pour ne pas dire effrayant. Nous comprenons seulement le lendemain matin que Blackball est un village historique. La rue ressemble à un film de western.

Le point Elizabeth

Nous partons faire cette belle randonnée sur la côte de quelques heures. Entre forêt et océan, avec une vue au loin sur les montagnes, le paysage est sublime. La végétation composée de palmiers, donne un côté très exotique.

Nous partons plus tard en direction des fameux Pancakes rocks, ces rochers aux formes étranges ressemblant à des piles de pancakes. Toujours aussi beau, et attirant toujours autant de touristes.

 

Roys Glacier et le lac Wanaka

Nous partons en direction du Roys Glacier, situé dans le parc national du Mont Aspiring. L’accès au site se mérite. Nous roulons sur un chemin de terre pendant environ 1h, situé dans la vallée.

La vallée est magnifique

Le chemin longe une petite rivière à la couleur hallucinante. Les montagnes nous entourent, laissant apparaître peu à peu le Roys Glacier. Nous sommes entourées de vaches et de moutons, se promenant librement.

Nous partons en marche pour Roys Glacier

Celui-ci est moins touristique que Franz ou Fox, car il est un peu plus difficile d’accès. Mais aussi car nous ne pouvons pas marcher dessus. Nous passons par la forêt et nous longeons un petit torrent. Le glacier se dévoile de plus en plus. Après 1h30 de marche, nous arrivons au point de vue de Roys Glacier.

Le panorama est magique. Malgré les nuages un peu bas, ce Glacier est l’un des plus beaux que j’ai vue. Tout d’abord, il est très blanc. Il est large et se situe sur différents niveaux. De petites cascades en bas des glaciers se rejoignent pour former le petit torrent. Une autre cascade jaillit de la falaise. Je suis fascinée.

le tour du lac Wanaka

Le lendemain, nous profitons d’une éclairci pour nous balader autour du lac en fin d’après midi. Le panorama est toujours aussi beau. La lumière de fin de journée offre de belles teintes. L’automne offre de belles couleurs dorées aux arbres.

 

Le parc national des lacs Nelson, un goût des Alpes

Nous sommes arrivées Jeudi en fin de matinée à Saint Arnaud, un petit village situé dans le parc national des lacs Nelson, dans le triangle Alpin. Après avoir pris des renseignements sur les différentes randonnées possibles dans le parc, nous décidons de partir dans l’après midi pour un trek de 3 jours dans la montagne. Après avoir préparé nos sacs, nous partons joyeusement en marche.

Jour 1 : le lac Rotoiti

Nous marchons d’abord en forêt. Après une bonne ascension, nous avons une belle vue sur le lac Rotoiti en contrebas. Nous continuons à grimper jusqu’à atteindre les nuages qui sont bas. Le paysage et la végétation me font penser aux Alpes Françaises. Après près de 3h de marche, nous atteignons le refuge de Bushline. Une première expérience pour moi. Nous sommes 8 au totale dans cette petite maisonnette. Nous partageons nos histoires dans une très bonne ambiance.

Jour 2 : la Crête du Mont Robert et le Lac Angelus

Nous repartons en marche de bon matin. Une belle journée ensoleillée. Le paysage est simplement magnifique. Nous continuons à monter en passant par la crête du Mont Robert. Une portion un peu délicate car nous devons traverser des passages rocheux et à pic. Une chance que nous n’ayons pas le vertige. Mais l’ascension en vaut la peine, malgré la difficulté et la fatigue, le paysage est spectaculaire.

Nous arrivons au lac Angelus. La vue est époustouflante. De haut, nous pouvons voir le refuge entre les 2 lacs, entouré de montagnes sous une lumière dorée de fin de journée. Nous descendons petit à petit, émerveillé par ce lieu où nous allons passer la nuit. Le refuge est très confortable, avec une immense baie vitrée pour profiter pleinement de la vue sur les lacs.

Jour 3 : le ruisseau Speargrass et la forêt

Nous reprenons le chemin sous la pluie. Le temps est brumeux et froid. Nous descendons en longeant le ruisseau, que nous devons traverser à plusieurs reprises. Malgré le temps peu clément, la vallée est superbe. Nous arrivons ensuite dans la forêt peuplée de feuillus, de champignons et de mousse. Épuisées sur la fin, nous sommes heureuses de retrouver le van à l’arrivée.

 

 

Taupo, le cratère devenu lac

J’ai quitté Rotorua hier matin, après avoir passé près d’un mois et demi là bas. J’ai chaleureusement dit au revoir à mes amis, puis je suis partis de nouveau sur la route en direction de Taupo, situé à environ 1h au sud. Kevin, un représentant en vin c’est arrêté et m’emmène jusqu’à destination. Très sympathique, il m’a proposé de me conduire à la chute Huka une fois son travail terminé.

L’eau est presque turquoise!

La couleur de la rivière Waikato est magnifique, bleu turquoise. La rivière est large, mais ce réduit au niveau de la chute de Huka. Un gros débit d’eau. Kevin à ensuite eu la gentillesse de me déposer en ville. Je profite ensuite pour découvrir un peu la ville et marcher longuement au bord du lac.

Une vue sur le Mont Tongariro

En fin de journée, on peut voir au loin les volcans du parc de Tongariro. 3 volcans encore actifs. Ce parc national est le plus fréquenté de Nouvelle-Zélande. Pourquoi? Le Mont Ngauruhoe est plus connu sous le nom de la montagne du Destin dans le Seigneur des anneaux.

Ce matin, avec Mathieu et Camille, 2 français que j’ai connu lorsque j’étais à Rotorua, nous somme partis faire du Paddle sur le lac. Pas si difficile pour une première fois, la planche est très stable. De bonnes rigolades ensemble. Je pars plus tard faire un peu de marche en direction des sources chaudes, et rejoins ensuite la chute Huka.