De Nadi à Coral Coast

J’aurais aimé rester un peu plus longtemps à Mana. Mon ami Nathan m’a proposé de m’héberger. J’ai passé la plupart de mes après midi avec lui lorsqu’il ne travaillais pas. Malheureusement, les piqûres devenant trop intense, je me suis résigné à retourner à Nadi, un peu à la dernière minute. Je prend donc le seul bateau, sans avoir eu l’occasion de dire au revoir à mon ami. Une chance que facebook existe.

Je pars en direction de la pharmacie pour m’équiper contre les insectes !

J’ai choisis une auberge au centre ville, un peu plus animé. Dans l’après midi, je pars en direction du temple de Sri Siva, un temple indou. Haut en détails, formes et couleurs. Plus tard dans la soirée, je sors et rencontre Bosco, qui est l’un des gérants de l’auberge de Mana, où je suis resté. Il était en vacances durant mon séjour, mais j’avais entendu parler de lui. Le monde est petit, particulièrement aux Fidji ! Nous passons donc la soirée à prendre des bières en discutant des anecdotes passés à Mana.

J’ai passé le restant de mon temps à gérer différents papiers et m’occuper de mes derniers achats. Car à Nadi il n’y a pas beaucoup d’activités à faire, et pour être honnête, je n’aime pas beaucoup la ville. Étant la porte d’entrée des Fidji, les voyageurs se font en permanence achaler dans la rue pour se faire vendre différents tours, souvenirs et autres, sans compter les nombreuses fois où les gens me demandent de l’argent.

Aujourd’hui, j’ai pris le bus local en direction de Korolevu, situé sur la Coral Coast. Le paysage est superbe. J’ai fait un peu de snorkeling dans l’après midi, ainsi que bu le traditionnel Kava dans la soirée. Je suis dans un dortoir, mais dans un hôtel bungalow avec piscine. Très beau cadre, j’ai eu ma première douche chaude depuis le début de mon voyage aux Fidji!

 

L’heure Fidjienne : de Nadi à Mana

Samedi matin, j’ai pris le bus local pour rejoindre Mitch, mon hôte. Je suis hébergé dans une belle maison au sein de la famille, avec sa tante et ses cousins et cousines. Je commence doucement à organiser la suite du voyage. Mais pas toujours facile avec un budget serré et une connexion à internet très limité. Et oui, la vie coûte cher sur les petites îles, car tout arrive par bateau. Les places offrant une connexion à internet sont rares, il faut se déplacer dans un café internet.

C’est aussi le début de la saison des pluies. Il a plu tout l’après midi. J’en profite donc pour prendre mon temps et relaxer. Que ça fait du bien. Tout c’est enchainé ces derniers mois, je prends enfin le temps de me reposer un peu.

Je m’adapte à l’heure Fidjienne.

Ici tout le monde est relax, on prend son temps. Je sympathise avec les membres de la famille ainsi que les autres voyageurs hébergé ici. Leila nous montre des danses traditionnelles polynésiennes. C’est son travail. Nous sortons plus tard entre filles en club, où nous nous sommes beaucoup amusé.

Le dimanche, tout est fermé aux Fidji. Fidji time, comme on dit ici ! Nous sommes partis à la plage avec Mitch. Le ciel était gris, mais pas de pluie. L’eau est chaude, cela change de la Californie. Le soir venu, tout le monde se réunit autour du traditionnel Kava. Bonne ambiance. Beaucoup de blagues et de rires. J’ai même eu le droit à un cours de Fidjiens.

Ce matin, avec les 2 autres couchserfeurs et Rosa, la cousine de Mitch, nous avons pris le bateau en direction de Mana, une petite île dans l’archipel des Mamanuca.

Le paysage est digne des cartes postales !

L’eau est tellement transparente qu’on peut voir les poissons. Tuks, mon instructeur de plongé est venu me rejoindre à mon arrivée. Je commence demain. Durant l’après midi, j’ai commencé à visionner les vidéos de ma formation. J’ai aussi sympathisé avec les autres personnes de l’auberge, ainsi que visité le village et discuté avec ses habitants. Le soir venu, nous avons eu la chance de voir un spectacle de danse traditionnelle Fidjienne.