De Los Angeles à Santa Barbara

Je pensais me rendre depuis Los Angeles à Santa Barbara en auto stop. Mais l’expérience des 2h de trajet de la veille m’a fait réfléchir. Los Angeles est tellement étendu qu’il me faudrait  3h de transport en commun avant d’arriver à un point de départ convenable pour commencer a faire du pouce. Je fini par écouter les conseils de Kenny et me résigne a prendre le bus greyhound pour me rendre a Santa Barbara.

J’assiste à une séance de photographie de mode.
Kenny m’a gentiment proposer de l’accompagner à cette séance de photos, où il va prendre différentes prises de vue durant la matinée. En attendant que les modèles soient prêtent, il me donne un cours de photographie très complet, que je mets en application une fois que les modèles sont là.

Arrivé à Santa Barabara.

Lorsque je pense à Santa Barbara, je ne peux m’empêcher de me remémorer cette série télé des années 90 que regardait ma mère. Mais à peine arrivé, j’aime déjà cette ville. Ni trop grande, ni trop petite, une architecture bien propre à elle, avec ses bâtiments blanc, d’inspiration hispanique. Une grande plage, un port, des quartiers animé, Santa Barbara à tout pour plaire.

Je rejoins Timothy, mon hôte, à la gare, son lieu de travail. Une fois que sa journée de travail fut terminé, nous sommes allé prendre des bières dans différents bar du centre ville.

Venice Beach, un autre grand classique

J’ai passé mon après midi à Venice Beach, l’une des plages les plus connus de Los Angeles. Vous avez tous déjà vu des images dans différents shows TV, c’est certains.

Mais avant d’arriver à cette plage très populaire, j’ai dû faire face à un sacré marathon. Arriver à la plage depuis le centre ville de Los Angeles, ça se mérite. Cette ville est très étendue. Comme dirait l’un de mes ami : « C’est aussi grand que la Belgique » Maintenant je comprends pourquoi il me disait cela. J’ai passé environ 2h en transport en commun, sans exagération. Cela dit, j’ai eu le temps d’admirer le paysage!

C’est pendant ce temps que j’ai réalisé l’influence de la culture mexicaine : les maisons colorées, les tacos et autres mets mexicains, le bilinguisme, ainsi que la population d’origine latine.

Arrivé à Venice Beach

Je ne peux m’empêcher d’avoir le générique d’Alerte à Malibu en tête! Les palmiers, la plage à perte de vue, les petits cabanons abritant les sauveteurs, les vélos, patineurs et skateurs. Différents artistes offrent une multitude de show pour le plus grand plaisir des passants. La rue principale est bordé d’une multitude d’étals. Je profite de cette après midi chaude et ensoleillé, en marchant au bord de la plage.

Même marathon pour rentrer qu’à l’allée. Je rejoins Kenny à son appartement. Nous passons la soirée à discuter avec une bière dans le jacousie de l’immeuble, qui se trouve dans un jardin, avec une belle vue sur le centre ville de nuit.

La vie est belle!

 

Après 24h à L.A.

Voilà environ 24h que je suis arrivée.

Le départ c’est bien passé. Mes amies Laurence et Julie m’ont accompagné à l’aéroport mercredi matin. Nous parlions de tout et de rien. Ce n’est qu’au moment où j’ai franchis les portes de sécurité, moment des derniers Au revoir, que j’ai vraiment réalisé. Malgré la tristesse, le rêve prend réalité.

Après une escale de 3h à Philadelphia, j’arrive à Los Angeles à 21h, heure locale. Pas de retard, et pas de bagages perdus. Via Couchsurfing, Kenny a accepté ma demande de canapé. Il a même eu la gentillesse de venir me chercher à l’aéroport en auto. Quelqu’un d’adorable, il vit au centre ville de Los Angeles, dans un appartement très classe, avec une magnifique vue.

J’avoue que ce matin, j’avais besoin de dormir, probablement due au décalage horaire ainsi que toutes les émotions. Lorsque j’ai fini par ouvrir les yeux, je me suis décidé à parcourir le centre ville et Hollywood. Malheureusement, en partant de chez Kenny, j’ai oublié de prendre mon précieux Lonely planet! Une chance, j’avais pris le temps de regarder où se trouvait l’Office du tourisme avant de partir. Je part donc à la recherche d’une nouvelle carte.

Il fait très chaud

Probablement au dessus de 30°. J’ai l’impression qu’on est le 2 Août plutôt que le 2 Octobre. De grands palmiers, et autres arbres qui me sont étrangers, bordent les rues. Arrivé sur Hollywood Boulevard, mes yeux sont rivé vers le bas, à la recherche d’un nom familier parmi toutes ces étoiles, dont la majorité des noms me sont inconnus. Je prend le temps de faire un croquis du fameux signe de Hollywood.