Le dernier bout de la Route 138, de Havre Saint-Pierre à Kegaska

Nous quittons Havre Saint-Pierre en direction de Kegaska, les 200 derniers kilomètres de la 138. Nous avons pu louer à l’office du tourisme un guide audio pour nous accompagner sur la route, et durant nos escale, de Havre Saint-Pierre à Natashquan, anciennement la fin de la route 138. Des locaux nous racontent les histoires de leur pays, des spécialistes nous expliquent la diversité de la flore et de la géologie, nous découvrons des artistes d’ici et plusieurs anecdotes. Un bout de chemin très instructif, offrant aussi de beaux panoramas.

Baie Johan-Beetz

Un petit village très charmant et tranquille. On s’arrête pour la beauté des points de vue qu’offre le parc de Baie Johan-Beetz, ses petites maisons colorés, la maison Johan Beetz, appelé aussi le « chateau ». Un chemin de bois passe parmi les maisons, l’église et le boisé.

Aguanish

Arrivé en fin d’après midi, nous avons tout de suite été séduit par Aguanish. Avec sa rivière, ses plages, ses maisons blanche éparpillées, sa beauté est époustouflante, particulièrement au coucher du soleil. Nous avons d’ailleurs décidé planter notre tente au camping Relais de-Cayes, d’où nous avons pu admirer l’incroyable levé de la lune rousse. Magique!

Natashquan

Connu pour être le village natale de Gilles Vigneault, un poète-chansonnier (que nous avons découvert pendant l’enregistrement audio), certains iront visiter ses maisons. Depuis le bord de l’eau, on peux admirer les Galets un peu plus loins, un regroupement de petits hangars blanc au toit ardoise et parsemé de rouge. Elles sont le vestige de l’un des centre de pêche le plus actif de la région. On y accède par une passerelle en bois et on profite ensuite pour marcher le long de la plage.

Arrivé à Kegaska

Plus de 50 km de route de gravier avant d’arriver à la fin de la route. Nous traversons plusieurs rivières avec de beaux points de vue avant de rejoindre Kegaska, le premier village de la basse Côte-Nord, qui fut rattaché par la route en 2013. Un village de pêcheur dans une nature grandiose, on se sent au bout du monde.

La route se termine, mais il y a plusieurs villages le long de la côte avant d’arriver à Blanc Sablon, où la route reprend. Ces villages sont accessibles par ferry, ou certains par avion. Parmi eux, le fameux village de Harrington Harbour, qui a servit de lieux de tournage au film Québécois « la grande séduction ». Il est classé parmi les plus beaux villages du Quebec. Malheureusement, avec la pandémie, il n’est pas possible de se rendre aux autres villages de la Basse Côte Nord.

 

L’archipel des îles Mingan, fascinantes

Le parc national de l’Archipel-de-Mingan

C’est certainement l’un des plus grand attrait de la région. Il est composé de plus de mille îles et îlots le long de la côte sur des centaines de kilomètres. Connu pour ses monolithes géants en calcaire aux formes étonnantes, c’est aussi un milieu écologique riche, avec une flore unique. On peux observer plusieurs espèces d’oiseaux marins, ainsi que des baleines et phoques si vous êtes chanceux.

Des excursions en bateau se font depuis Longue-Pointe-de-Mingan et depuis Havre-Saint-Pierre vers les îles les plus populaires. Sur place, un guide de parc Canada nous explique les attraits de l’île. Il est même possible de camper sur certaines îles, si la météo le permet. Malheureusement, le temps n’était pas en notre faveur pour pouvoir dormir sur place lors de notre passage.

L’île aux Perroquets

Par temps pluvieux, nous partons en bateau depuis Longue-Pointe-de-Mingan. Nous accostons sur la petite île aux Perroquets, qui abrite un ancien phare historique. L’île est surtout reconnu pour l’observation d’oiseaux marin dont le macareux moine, une espèce de perroquet, (d’où le nom de l’île), ainsi que des petits pingouins. Des oiseaux migrateurs. Pour optimiser vos chances de les apercevoir, mieux vaut y aller en été.

L’île Nue

Lorsque l’on s’approche de l’île Nue, on remarque qu’il n’y a pas d’arbre. C’est pourtant une île très riche de part sa végétation unique et fragile, des plantes arctic-alpines, ses monolithes de calcaires aux formes intriguantes et ses oiseaux marins. C’est sous une pluie battante qu’on prend quand même plaisir à nous promener sur cette île épatante.

L’île de Niapiskau

Lors de notre retour par Havre-Saint-Pierre, je profite d’une météo sans pluie pour partir en excursion sur l’île de Niapiskau. Le poet Roland Jomphe nomma plusieurs monolithes, semblant avoir été créé par un sculpteur. On suit un parcours en essayant de « voir » les figures nommées par le poet : la tortue, le hibou, cyrano (ou pinocchio), le gâteau des mariés… et enfin madame Niapiskau. Un paysage envoutant, tel un jardin de sculptures.

D’autres îles sont accessible par excursion en bateau. Chacune d’elle est unique, avec ses traits de caractère. L’archipel n’a pas fini de vous épater.

 

Wayanad : Chembra Peak et Kuruva Island

Akhil et Ama nous invite au temple pour une occasion spécial. L’ouverture du temple de Vishnu à Payyampalli, tout juste rénové, est une célébration. Il a été détruit autrefois par un sultan, il y a plus de 200 ans. Pour marquer l’événement, les dévoués des temples alentours viennent rendre visite au nouveau temple. Comme me dit Hilal, les dieux de ces temples sont tous amis.

Célébration pour l’ouverture

Les femmes marchent l’une derrière l’autre, et portent dans leur mains des offrandes. Elles sont composées de riz, fleurs, fruits, encens et bougies sur une assiette. La marche commence aux dernières lueurs du jour. Les hommes marchent en avant. Un groupe d’hommes vêtus du traditionnel doti blanc jouent des percussions tout en dansant, suivant le rythme de la musique. Une belle performance!

Chembra peak

C’est certainement un incontournable de la région de Wayanad. Situé prés le Kalpetta, le paysage change passé la ville. Les champs de thés nous entourent et le paysage nous envoûte. Nous roulons les yeux écarquillés par la beauté des environs. Sur une route en très mauvais état, nous approchons le sommet du Pic de Chembra. Tellement beau et paisible.

Kuruva Island

Tout prés de chez nous se situe Kuruva island, une île située au milieu de la rivière Kuruva. Nous accédons à l’île par un grand radeau en bambou, pouvant contenir environs 60 personnes. 2 cordes sont suspendues, relayant l’île à la rive. Seulement 2 hommes s’agrippent aux cordes pour faire avancer le radeau. Arrivé sur l’île, nous avançons sur le sentier qui fait le tour de l’île. Charmant, mais trop touristique pour un endroit de plein air . Nous passons par des installations en bambou avant d’arriver à une partie réservé à la baignade, habillé bien évidemment.

 

Mysore et le palais des Maharajahs

Avec Hilal, nous devons nous rendre à Pondichery. Nous décidons de nous arrêté par la ville de Mysore, situé dans l’état du Karnataka, pas très loin de chez nous. La ville est très touristique, notamment pour son palais des maharajahs.

Une ville à l’architecture grandiose

Nous arrivons à peine au centre ville que je suis déjà émerveillé par la splendeur et l’élégance de l’architecture. Les rond points sont composé d’arches et statues dorés des maharajahs. Les arches et arabesques sont omniprésentes dans la ville. Mais le plus impressionnant est de passer à côté de l’une des entrées du palais. Nous nous promenons dans la ville avec des yeux émerveillés.

Nous faisons un tour en calèche. Au milieu du trafic grouillant des villes indiennes, notre cavalier s’arrête à plusieurs reprises pour que nous puissions prendre des photos, ce qui nous fait beaucoup rire.

Un marché coloré

Nous nous perdons plus tard dans un immense marché couvert et tellement coloré. On y trouve de tout, ces fameuses poudres colorées, que les hindoues utilisent lors de leurs prières, des encens, des montagnes de fleurs aux parfums exquis, des multitudes de bijoux. Un régal pour les yeux!

Le somptueux palais

C’est celui-ci qui fait tant la renommée de la ville. Le palais, d’architecture indo-musulmane, est immense et imposant, situé au milieu d’un grand jardin, avec 2 temples, et ces 3 entrés tout aussi magistral. Nous entrons à l’intérieur, noyé dans la foule de visiteurs. Les photos sont malheureusement interdites à l’intérieur. Nous passons dans diverses salles, toutes plus impressionnantes les une que les autres, avec des multitudes de colonnes et voûtes dorés, des portes en bois sculptés minutieusement. La salle d’audience m’impressionne particulièrement avec son jeux de colonnes et de miroirs, on se croirait dans un labyrinthe. Magnifique!

Le jeux de lumière du Palais

Nous flânons tout autour. De plus en plus de visiteurs arrivent en fin d’après midi. Nous sommes dimanche soir, le soir de la semaine où le palais se vetit de lumière à la nuit tombé. Le palais s’illumine petit à petit, l’émerveillement est garanti. Un groupe de musicien jouent à l’entrée du palais, des classiques de la musique indienne. Quel envoûtement!

 

Au bout de la peninsule Indienne, Kanyakumari

Kanyakumari, situé dans l’Etat du Tamil Nadu, est la ville la plus méridionale de l’Inde. C’est ici que se croisent la mer d’Oman, l’océan Indien et le Golfe du Bengale.

Nous arrivons à Kanyakumari en soirée, après avoir pris le bus local. Une nuit décevante dans un AirBnB, nous décidons de rejoindre le centre ville le lendemain matin, en quête d’un nouvel hôtel qui nous convient mieux. Nous partons explorer le centre ville aux bâtiments multicolores. La ville est très prisée par les touristes hindous.

Vivekananda Rock Memorial

En pleine mer, 2 rochers s’élèvent. Merveilles architecturales : le rocher mémorial de Vivekanada et la statue Thiruvalluvar. La vue est grandiose. Sous le soleil de plomb, nous attendons pour prendre le ferry. Arrivé au mémorial, nous devons laisser nos chaussures à l’entrée, le temps de notre visite. C’est ici que l’on peux admirer le bout de l’Inde. l’édifice à été construit en mémoire à Vivekanada. Il venait régulièrement méditer sur ce rocher. Nous prenons le temps pour une méditation à cet endroit même. Hilal tente de m’expliquer comment m’y prendre, sans grand succès.

Le lendemain matin, nous nous levons aux aurores pour admirer le lever du soleil. Etonnement, il y a foule. Kanyakumari est bien connu pour ses levé et coucher du soleil. Un moment très important pour la religion Hindouiste.

En route pour Wayanad

Nous rejoignons Trissur en bus pour faire une escale. Je rencontre aussi Krishna, un ami de Hilal. Après avoir passé une nuit là bas, nous conduisons jusqu’à notre nouvelle maison temporaire, situé dans la région de Wayanad, au Kerala. Un paysage montagneux, bordé de forêts et de parcs protégés, il fait beaucoup plus frais. C’est un grand changement avec le paysage verdoyant, les rizières et les plantations. Nous croisons plusieurs groupes de singes en route. Ils s’amusent au milieu de la route et ne sont pas farouches. Nous arrivons en fin d’après midi au village de Payyampalli, ou nous allons habiter pour plusieurs mois. Akhil, un ami de Hilal, et sa famille nous accueillent chaleureusement.

 

Culture et tradition autour de Trivandrum

Nous partons en ville près du majestueux temple de Sree Padmanabhaswamy. Celui-ci est dédié à Vishnu, l’un des dieux majeur de la religion Hindouiste. C’est aussi un lieu très prisé des pèlerins, des groupes d’hommes vêtu de noir avec un marque jaune et rouge au front. Le bâtiment blanc de forme pyramidale est composé d’une multitude de statues représentant des scènes de la mythologie hindouiste. Malheureusement, l’entrée est réservé aux hindoues dans la majorité des temples.

Hilal part faire des papiers. Durant ce temps, je reste près de temple, que je commence à dessiner. Plusieurs passants s’arrêtent pour discuter et regarder ce que je fais. Après environ 1h, une policière, qui était là pour surveiller les lieux vient me voir et me dit que je ne peux pas dessiner le temple. Surprise, je lui réponds que je ne comprends pas pourquoi je ne peux pas, étant donné que tout le monde peux le prendre en photo. Elle voulait que je lui donne mon croquis, mais je ne me laisse pas intimider. Quelques minutes plus tard, je suis encerclé par plusieurs policiers. Un supérieur m’interroge sur les raisons du croquis, d’où je viens, et continue à insister pour que je leur donne le croquis. Non, je ne vois pas pourquoi je devrais le leur donner. Après plusieurs appels, ils finissent par me laisser tranquille, mais m’interdisent de finir mon dessin. Par contre je peux prendre des photos et m’asseoir aussi longtemps que je le souhaite. Je ne comprend toujours pas la logique.

Hilal me rejoins, et nous partons visiter le palais du Maharaja Swathi Thirunal. Laissé à l’abandon pendant plusieurs décennies, il est aujourd’hui en cours de rénovation. Plus de 80 salles, mais 22 rénové à date, les boiseries du palais sont soigneusement sculptés jusqu’au plafond. Un guide nous explique au travers de photos la vie du roi.

De bon matin, nous pouvons voir les pêcheurs remonter leurs filets depuis la plage. Ils sont une dizaine à tirer, et chantent en choeurs pour se donner le rythme. Ils sont impressionnants. Nous visitons plus tard le phare de Kovalam. Du haut de la grande tour rouge et blanche, le panorama sur la plage et les côtes est époustouflant.

 

Les splendeurs de la baie de Hanauma

La Baie de Hanauma est un parc marin, situé au Sud est de l’île de Oahu. Un ancien cratère, abritant un récif riche en poissons notamment. Vue d’en haut, l’eau est si clair que l’on voit les formes du récif. Un paysage magnifique, et magique.

Un récif remplit de poissons

A l’entrée du parc, vous devez regarder une vidéo explicative d’environ 15min avant de rejoindre la plage. Une plage très populaire, il y a déjà beaucoup de monde dès 9h du matin. Je me jette à l’eau pour admirer les splendeurs du parc marin. Je croise de nombreux poissons colorés, dont certains sont endémiques, ainsi qu’une murène.

Je joue avec un poulpe

Je rejoins le centre de plongée en début d’après midi. Nous accédons au site de angler reef, maison du poulpe ainsi que des murénes. Jeff, notre guide, repère rapidement un poulpe qui tente de se cacher. Il réussit à l’attraper sans lui faire de mal. Le poulpe rejette tout d’abord son encre et tente de s’échapper, mais fini par être confiant et se laisse faire. Jeff me tend l’animal qui s’agrippe à mon bras et ne veux plus me lâcher. La sensation des ventouses sur la peau est très étrange!

Tortues de mer et statues noyés

Nous partons pour le site de Koko Crater, la capitale des tortues de mer. Et j’en ai croisé au moins 10! Certaines dorment, d’autres nagent tranquillement, mais elles continuent leur activité même si nous passons près d’elles. Je croise aussi différentes espèces de murènes, cachées dans les parois, la tête sortie. Nous passons devant plusieurs statues, dont la présence reste un mystère.

Makapu’u Point

Situé à la pointe est de l’île, Makapu’u abrite un phare. J’arrive malheureusement un peu tard pour faire la marche, mais les alentours restent magnifique. Les montagnes d’un côté, la plage de la baie et les îlots en face fait tout son charme.

 

Brisbane et l’île de North Stradbroke

Je passe quelques jours sur Brisbane chez mon amie Laure-Anne et son mari. De bons moments. Une petite visite de la ville, notamment South Bank avec sa balade sous les bougainvilliers et vue sur la ville au bord du fleuve.

L’île de North Stradbroke

Appelé plus communément Straddie. Située à 30 min en ferry de la ville, cette île à tout d’un petit paradis. Des paysages de rêve, belles plages, lacs, sites de plongée et ambiance relax. Je rejoins l’auberge de jeunesse en pouce avant d’admirer le couché du soleil sur la plage.

Des raies Manta

Je pars au petit matin avec un groupe pour plonger. Et le spectacle est magique! Je vois environs 4 enormes raies manta, moi qui n’en avait jamais vue. Elles sont énormes. Je croise aussi une tortue de mer, un requin léopard endormi et une raie léopard. Mais malheureusement petit problème de gopro pour cette plongée.

Lookout Point

Je pars explorer lookout point, une petite marche côtière magnifique, entre plage, rochers et végétation. Je croise au passage des kangourous peu farouches. Laure-Anne me rejoins en fin d’après midi, pour une nuit de camping. Nous nous levons au levé du soleil pour une promenade le long de la plage et une baignade matinale.

Brown Lake

Nous partons en auto-stop afin de rejoindre le Brown Lake. Une terre sacrée aborigène, le lac est exclusivement réservé aux femmes. Les hommes se baignent au lac bleu un peu plus loin. La couleur marron du lac vient des feuilles de teatree.

 

La Central Coast

En partant le matin de Leura pour prendre un train, je me tord la cheville et je chute dans les escaliers. Je me rend à l’évidence qu’il s’agit certainement d’une entorse. Je décide de me rendre tout de même à la gare pendant que mon pied est encore à chaud.

Arrivé au village de Killcare

Leslie, un ami d’ami, viens me chercher à la gare. Il m’accueille pour quelques jours avec sa femme Liza, un charmant couple d’environ 55 ans. Ils sont tous deux infirmiers, et s’occupent de moi pour les prochains jours. Il s’agit bien d’une entorse après avoir consulté à l’hôpital, et je dois rester au calme. Le cadre s’y prête parfaitement, une jolie maison en bordure de mer, avec la forêt environnante, magnifiquement paisible. Malgré les circonstances, le séjour fût plus qu’agréable.

La charmante ville de Newcastle

Ma cheville se rétablit, je suis capable de marcher plus ou moins normalement. Après avoir passé 3 jours chez Leslie et Liza, je prends le train pour Newcastle, une ville située un peu plus au nord. J’arrive à l’auberge de jeunesse, dont l’ambiance me rappel celle où je travaillais en Woofing en Nouvelle-Zélande. Je pars explorer la ville à pied, lentement. Petits cafés, beaucoup de street art, j’aime beaucoup l’ambiance.

Promenade près du phare

Après avoir exploré le musée d’art, je marche en bord de mer rejoindre la jetée et son phare. Plus tard, au même endroit, je sympathise avec 3 espagnols restant à la même auberge. Nous admirons le coucher du soleil sur la ville au loin, avec un groupe de dauphins situés tout près. Quel magnifique spectacle.

L’hopital des Koalas

Je pars de Newcastle avec Jessica et Julia, deux allemandes rencontrées à l’auberge. Elle partent pour Byron Bay et peuvent me déposer à Bellingen, mon prochain arrêt, situé à environ 400 km au nord. Nous décidons de nous arrêter à l’hôpital des Koalas de Port Macquarie. Le centre accueille les marsupiaux blessé, les soignent puis les réintègrent à leur habitat naturel. Souvent dû aux accidents de la route, les morsures de chiens, ou encore les feux de forêt. Ils sont tout simplement adorables.

 

 

 

Sydney et son fameux Opéra

En route pour Sydney

Je pars de Nowra en début d’après midi pour me rendre à Sydney en passant par les montagnes.  Après 2 lift, j’arrive sur une portion de route en travaux. Nous sommes bloqués durant 30min. Pendant ce temps, nous commençons à discuter avec Garry, qui est à bord d’un gros truck. Il se rend à Sydney et me propose de m’y conduire. Plus de 2h avec de la musique electro et des conversations passionnantes. J’arrive ensuite chez Aman, mon hôte.

Visite de Sydney

Sydney est une grande ville, avec de nombreux quartiers. J’arrive au centre ville et commence ma visite avec The Rock, un petit musée gratuit, racontant l’histoire de L’Australie, notamment la vie des aborigènes. Je me promène dans Sydney Cove, d’ou j’ai une belle vue sur l’opéra. Une cérémonie de mariage à lieu au même moment.

Le fameux Opéra

Je traverse le pont de Sydney Harbour Bridge, avec beaucoup de passage pour me rendre sur l’autre rive. D’ici, la vue sur la ville est splendide et j’en profite pour flâner dans les alentours avant de prendre le ferry. Je continus de marcher dans les rues de Sydney en passant par le quartier chinois.

Bondi Beach et la côte

Je pars le lendemain pour Bondi Beach, une plage très connu, notamment pour le surf. Malheureusement, il pleut, mais la vue est très belle. J’en profite pour observer les techniques de surf. Je continu mon chemin le long de la côte en passant par les falaises, de petites plages et de très belle vues en finissant par la plage de Coogee.