Pondichéry, un petit bout de France

Pondichéry est un petit district côtier situé dans le Tamil Nadu. C’est aussi un ancien comptoir Français. Et son influence se fait ressentir, particulièrement dans White Town. Le mixe franco-indien offre à Pondichery une identité propre à elle.

Nous arrivons au petit matin par le bus de nuit depuis Bengalore. Nous rejoignons une petite auberge simple mais conviviale situé non loin du centre ville, dans un quartier très coloré. Les habitants, chiens et vaches se côtoient de près dans les rues étroites. Les femmes dessinent les traditionnels mandalas à l’entrée des habitations après avoir nettoyé leur maison. C’est typique de l’état du Tamil Nadu.

White Town

La ville blanche, beaucoup plus tranquille que n’importe quel autre quartier, me rappelle les petites préfectures de mon pays natal. Les noms des rues sont inscrits en français et Tamoul. De nombreux restaurants et cafés offrent des spécialités françaises, mais à des prix beaucoup plus élevé. Bharati Park, un charmant jardin exotique se situe au centre. Nous continuons notre marche en direction de la populaire promenade beach et la statue de Gandhi, le tout sous un beau soleil couchant.

Le site archéologique de Arikamedu

Nous louons un 2 roues pour nous déplacer autour de la ville sans problème. Nous commençons par le site archéologique de Arikamedu. Le lieu était autrefois un port majeur dédié à la fabrication de collier et au commerce avec la Rome Antique. Les ruines sont intéressantes à voir, mais les collections se trouvent au musée de Pondichéry.

Les Mystères d’Auroville, la ville utopique

Nous rejoignons Auroville en 2 roues, situé à une dizaine de kilomètres de Pondichéry. Auroville est une ville expérimentale, toujours en construction. Crée en 1968 par la mère qui était originaire de France, et dirigé par le guru Sri Aurobindo, Auroville à pour mission d’être le lieu «d’une vie communautaire universelle, où hommes et femmes apprendraient à vivre en paix, dans une parfaite harmonie, au-delà de toutes croyances, opinions politiques et nationalités. » Les habitants, nommés Aurovilliens, viennent de partout dans le monde, et sont aujourd’hui environ 4000. Le Matrimandir doré, situé au centre est le lieu de culte et de méditation. Nous ne pouvons pas nous rendre dans la ville, mais nous pouvons accéder à une vue du Matrimandir. Malgré la belle idée, tout cela me fait penser à une secte.

L’ashram Sri Aurobindo et le Temple de l’éléphant

Nous commençons par nous rendre à l’ashram. C’est ici que repose le corps de Sri Aurobindo. Beaucoup de monde viennent lui rendre hommage. C’est aussi un endroit très populaire pour venir méditer. Je m’essai, même si je ne sais exactement que faire. Nous partons ensuite pour le temple Arulmigu Manakula Vinayagar, situé juste à côté. Le temple, dédié au dieu Ganesh, est très connu pour son éléphant. Lakshmi l’éléphant vient chaque jour de 16h à 18h bénir les dévoués. Et c’est avec plaisir que je me prête au jeu. Le coup de trompe sur la tête est impressionnant!

 

Le Kerala : Kovalam et Trivandrum

Nous arrivons dans notre petit hôtel situé près de la plage à Kovalam. Une station balnéaire prisé par les touristes et très charmante. Les petites rues, semblables à un labyrinthe, sont bordé par de petites échoppes de tous genres. Les barques des pécheurs, ainsi que de petites huttes abritant les cordes et filets, se succèdent le long de la plage. Le grand phare rouge et blanc veille sur ce beau décor.

Nous partons en ville, à Trivandrum, la capitale de l’état du Kerala. La ville est beaucoup plus tranquille que Bangalore, mais reste une ville indienne. Beaucoup de trafic et de polution. Mais il est beaucoup plus agréable d’arpenter les rues. Il fait beaucoup plus chaud aussi. Après avoir acheté plusieurs pièces de tissus, nous trouvons un tailleur pour me confectionner des sets de vêtements indiens, notamment pour que je me fasse moins remarquer. Etrangement, cela coûte moins cher que d’acheter des vêtements tout fait, qui ne sont pas toujours bien ajusté. Hilal m’apprend à manger à l’indienne, c’est à dire avec ma main droite, sans ustensiles. Mon estomac s’habitue à la nourriture épicée, et je me régale à toujours essayer de nouveaux plats.

Nous partons visiter le musée de Napier. L’architecture est magnifique, situé dans un beau parc. On peux admirer dans le musée de nombreuses statues de la mythologie hindoue. Toujours avec passion, Hilal me raconte les histoires derrières chacun des dieux ou scènes que l’on peux voir. Nous partons nous promener plus tard autour du palais Kanakakunnu. Les étudiants aiment étudier autour de cette place paisible.

 

Roys Glacier et le lac Wanaka

Nous partons en direction du Roys Glacier, situé dans le parc national du Mont Aspiring. L’accès au site se mérite. Nous roulons sur un chemin de terre pendant environ 1h, situé dans la vallée.

La vallée est magnifique

Le chemin longe une petite rivière à la couleur hallucinante. Les montagnes nous entourent, laissant apparaître peu à peu le Roys Glacier. Nous sommes entourées de vaches et de moutons, se promenant librement.

Nous partons en marche pour Roys Glacier

Celui-ci est moins touristique que Franz ou Fox, car il est un peu plus difficile d’accès. Mais aussi car nous ne pouvons pas marcher dessus. Nous passons par la forêt et nous longeons un petit torrent. Le glacier se dévoile de plus en plus. Après 1h30 de marche, nous arrivons au point de vue de Roys Glacier.

Le panorama est magique. Malgré les nuages un peu bas, ce Glacier est l’un des plus beaux que j’ai vue. Tout d’abord, il est très blanc. Il est large et se situe sur différents niveaux. De petites cascades en bas des glaciers se rejoignent pour former le petit torrent. Une autre cascade jaillit de la falaise. Je suis fascinée.

le tour du lac Wanaka

Le lendemain, nous profitons d’une éclairci pour nous balader autour du lac en fin d’après midi. Le panorama est toujours aussi beau. La lumière de fin de journée offre de belles teintes. L’automne offre de belles couleurs dorées aux arbres.

 

La vallée volcanique de Waimangu

Je profite de ma journée de congé pour visiter la vallée de Waimangu, accompagné de ma collègue allemande Kristina. Pour se rendre au parc, situé à environs 20 min en voiture de Rotorua, nous décidons de partir en auto-stop. après 15 minutes d’attente, une néo-zélandaise s’arrête. Elle venait de prendre un autre auto stoppeur Anglais.

Un lac féerique

Arrivé au parc de Waimangu, nous marchons un peu avant d’arriver au Frying Pan Lake. Il s’agit de la plus grande source d’eau chaude au monde. Des vapeurs tourbillonnent au dessus du lac, lui donnant un côté mystique et féerique. De toute beauté! Près de ce lac se situe le Cathedral Rock, une petite montagne fumante.

Une rivière haute en couleurs

Sur notre chemin, nous suivons le cours de la rivière d’eau chaude venant du Frying Pan Lake. La concentration de différents minéraux contenus dans l’eau offrent de superbes couleurs : orange, vert, jaune.

Bleu comme une piscine

Nous continuons notre marche pour arriver au Inferno crater. Un lac bleu turquoise, un bleu intense et captivant. Cette couleur est due à l’activité volcanique, car il s’agit aussi d’une source d’eau chaude. Nous continuons notre randonnée, à admirer le paysage volcanique de la vallée avant d’arriver à Warbrick Terrace. Une terrasse volcanique orange, vraiment intrigante.

Une vallée magnifique, une belle randonnée. A ne pas manquer si vous passez près de Rotorua!

 

 

 

Les couleurs de Wai-O-Tapu

J’ai profité de ma journée de congé pour visiter le superbe parc de Wai-O-Tapu. Un parc volcanique situé à 30 km de Rotorua. Sa particularité? la richesse des couleurs. Ce parc fait partie des 20 sites les plus spectaculaires dans le monde.

Le bus pour se rendre au site coûte plus cher que l’entrée du parc. Je décide donc de me rendre là bas en auto stop. Je quitte l’auberge de bon matin, pour être certaine d’arriver suffisamment tôt pour voir l’irruption du Geyser, qui à lieu à 10h15. Je suis chanceuse, une voiture s’arrête immédiatement. Un couple de Néo-Zélandais me conduisent à destination.

Une éruption provoquée

Je dois avouer que j’ai été un peu déçu. Un présentateur fait un discours, puis jette du savon dans le Geyser pour provoquer son irruption. Cela reste très beau à voir, mais perd un peu de magie. Je pars ensuite découvrir les différents points du parc. Les différents cratères fumants, bordés de soufre coloré, jaune, vert et orange. Mais en arrivant au Lac Champagne, je suis fasciné!

Un lac fumant, orange, bleu, jaune

Il s’agit de la star du parc, et il le mérite. Les couleurs sont splendides. Mais les vapeurs de soufre sentent fort, et donnent les larmes aux yeux. Je continue le chemin pour me rendre au lac Ngakoro, avec d’autres superbe coins sur le passage. J’ai l’impression qu’un artiste à fait tomber sa palette de couleurs ici.

Je fini la visite par le Devil’s Bath, ce fameux lac vert, presque fluo!

 

 

Montréal, ce n’est qu’un Au revoir.

Ma dernière journée à Montréal.

Demain, à la même heure, je serais dans l’avion en direction de Los Angeles, mon premier arrêt. Décollage à 13h26. Ce sera le grand départ.

J’ai quitté mon travail, après 3 ans dans la même agence. Une dernière semaine de travail remplit de petites attentions, un Au revoir chaleureux et touchant. J’ai quitté mon appartement cette fin de semaine. Évidement, le déménagement ne c’est pas passé comme prévu, comme tout bon déménagement qui se respecte. Un déménageur qui n’est jamais venu avec son camion… Une chance que j’ai de bon amis qui m’ont bien aidé!

Mon sac d’aventurière est prêt. Chaque objet, chaque vêtement que j’emporte avec moi a été choisis méticuleusement. Les mêmes questions revenaient toujours: Est-ce que j’en ai vraiment besoin? Est-ce que ce n’est pas trop encombrant? Est-ce que ce n’est pas trop lourd? Après avoir longuement joué à Tétris, avoir transvasé mes pots à moitié pleins dans des pots plus petits complètement pleins, optimisé l’espace du sac : le voilà prêt!

Voilà 2 jours que je passe chez mon amie Julie.. Je règle les derniers petits détails, et profite de mes derniers instants à Montréal. Mon dernier verre avec mes amis au « Vice Versa », un de mes pub préféré. Un tour au café des chats, d’où j’écris présentement. Une dernière poutine à « Poutineville » ce soir.

J’arpente les rues, émerveillé par la palette de couleurs que peut offrir l’automne. La température est douce. La lumière, doré, apporte de l’éclat aux teintes. Ces couleurs flamboyantes, rouges, oranges, jaune, prunes… mes tons de couleurs préféré. Je me promène les yeux rivé vers le haut, pour capter toute cette beauté.

Demain est un autre jour. Demain, une page se tourne. Un nouveau chapitre va commencer.

 

Montréal, ce n’est qu’un Au revoir.