Autour de Tadoussac

Nous arrivons à Tadoussac en fin d’après midi, nous déposons nos covoitureurs. Après avoir installé la tente, nous dégustons des bières à la microbrasserie locale.

Les Bergeronnes et les Escoumins

Tout près de Tadoussac, en continuant la 138 se trouvent les Bergeronnes et les Escoumins. Ce dernier à retenu notre attention pour la magnifique vue sur la baie des Escoumins, notamment la pointe de La Croix.
La route offre de beaux panorama avec des petits lacs qui bordent la route. Il est possible de d’aller voir les baleines depuis ces 2 points, à un prix plus abordable que ceux annoncé à Tadoussac. Dû à la pandemie, certaines activités ont été annulé. D’autres, au contraire ont eu tellement de succès qu’il n’est pas possible de reserver. C’est ce qui est arrivé pour les excursions en Kayak de mer depuis les Bergeronnes.

Centre d’interprétation et d’observation de Cap-de-bon-desir et le Centre de découverte du milieu marin

En arrivant au Centre d’interprétation et d’observation de Cap-de-bon-desir, notre visite commence par le site du phare. Nous rejoignons ensuite les rochers de la côte, point d’observation des baleines. Malheureusement, nous n’en avons pas vu.
Nous nous rendons ensuite au centre de découverte du milieu marin aux Escoumins pour en apprendre un peu plus sur les beautés qui regorgent les fond marins du Saint Laurent. C’est d’ailleurs le point de départ de plusieurs sites de plongé. Pour les non-plongeurs, il y a une activité : le Saint Laurent en direct (non disponible en temps de pandemie) Vous pouvez suivre des plongeurs en direct à travers les sons et les images.

Observation de l’ours noir

C’est en fin d’après midi qu’à lieu l’observation de l’ours noir dans son habitat naturel, au domaine de nos ancêtres à Sacré Coeur. Nous partons dans un autobus scolaire jaune en forêt pour arriver à l’observatoire, en silence. Quelques appâts de nourriture pour attirer les ours, ils ne tardent pas à pointer leurs museaux, les uns après les autres (les ours sont solitaires)

 

 

Dans les bayous de la rivière-des-milles-îles

Un peu trop dernière minute pour pouvoir louer une voiture pour nous evader le temps d’une journée, nous avons cherché un lieu dépaysant, mais accessible en transport en commun. Nos recherches nous on conduit au parc de la rivière-des-milles-îles, au nord-ouest de l’île de Laval. 1h30 en transport en commun depuis Montréal.

À la découverte du parc de la rivière-des-milles-îles

Les bayous de la rivière se naviguent en canot, kayak ou encore en paddle. Pour quelques heures ou pour la journée. C’est une activité très populaire. Dès l’embarcation, le décor est enchanteur. Le temps de nous synchroniser, nous naviguons sur les flots de la rivière à la découverte des multiples îles, parfois habité, parfois sauvage. Nous pouvons débarquer sur certaines où il est possible d’en faire le tour. Nous traversons de long ponts à la circulation dense, et des zones plus rustique que nous offre le marais. Un lieu mi-habité, mi-sauvage.

Une reserve faunique

Le parc de la rivière-des-milles-îles abrite la plus grande biodiversité de la région. Depuis notre canot, nous avons pu observer de nombreux animaux. Nous avons tout d’abord rencontré une tortue peinte, qui se réchauffait au soleil. De nombreuses outardes, ces oies sauvages noir et blanche, peu farouches. Des herons majestueux. De nombreuses libellules aux formes et couleurs variés. Il est aussi possible d’observer des castors pour les plus chanceux. Le parc abrite aussi 92 espèces désigné à statut au Quebec.

Il y a aussi une exposition permanente, pour découvrir des anecdotes sur le parc, et en savoir plus sur la faune. Nous l’avons manqué faute de temps.
Alors avez vous le goût de visiter ce lieu enchanteur?

 

Tadoussac et les baleines

En chemin pour Tadoussac, nous arrêtons voir différents points de vues sur le Saint Laurent, devenus très large. Nous en profitons aussi pour aller voir la chute Fraser. Grandiose, elle valait le détour!

Le centre d’interprétation des baleines

En arrivant à Tadoussac, nous en profitons pour admirer le port et nous arrêter au centre d’interprétation des baleines. Très instructif avant notre croisière du lendemain. Nous avons même été diplômé spécialiste en chant de baleine!

La croisière aux baleines

L’activité qui fait tant la renommé de Tadoussac. L’activité dure 2h30, à l’embouchure du fjord et du Saint Laurent. A bord du bateau nous traversons les eaux à la découverte des différentes espèces de baleines. Je n’ai pas pris de photos car je voulais profiter du spectacle. C’est tout d’abord un groupe de belugas que nous apercevons au loins. Il y en a beaucoup! Plus tard nous pouvons observer plusieurs rorqual commun. C’est impressionnant et majestueux d’avoir la chance de les voir de près!

Le parc national du Fjord Saguenay

Le lendemain, nous partons explorer le parc national du Fjord du coté de la baie Sainte Marguerite. Magnifique randonnée, nous finissons au belvédère halte aux belugas, d’où nous pouvons observer tout un groupe de belugas dans le fjord. Nous avons même pu observer les petits avec leur maman depuis les jumelles.

 

Les ruines du fort de Gingee

Gingee est un village du Tamil Nadu, situé à 1h30 de Pondichéry. C’est son fort datant du 9ème siècle qui fait sa renommée, construit par la dynastie Chola. 3 rochers fortifiés, c’est le Raj Giri et Krishna Giri que l’on visite en général.

En route pour Gingee

Nous louons une moto pour pouvoir nous rendre jusqu’à Gingee. Cela nous prend 2h. Pour être honnête, lorsqu’on n’a pas l’habitude des longues distances en 2 roues, ça fait mal au derrière! En arrivant près de Gingee le paysage à bien changé. Les collines de rochers rond me donne l’impression qu’un géant c’est amusé à faire plusieurs tas de cailloux.

Krishna Giri

Sous un soleil torride nous grimpons un escalier long et bien raide sans ombrage. En arrivant au sommet, nous sommes surpris de ce qui nous attend. Les ruines du fort est un terrain de jeux immense ou nous passons 2h à explorer les recoins. D’anciens temples, granges, colonnes, gravures nous émerveille. C’est aussi un lieu où de nombreux jeunes couples se donnent rendez-vous.

Raj Giri

Nous arrivons malheureusement un peu trop tard pour monter les 300m de dénivelé pour atteindre le fort. Mais en bas, cela en vaut tout autant la peine. Les singes sont les gardiens des lieux, et ils sont nombreux. Nous partons de nouveaux en exploration. Certains endroit me font penser aux décors du jeu vidéo de tomb raider, comme une ancienne grange avec plusieurs salles. Nous nous perdons dans les allées aux multiples arches.

Nous rejoignons ensuite le temple non loin. Les singes s’approprient l’enceinte. C’est l’heure de la puja (la prière) et je m’approche par curiosité. Hilal me laisse y aller seule. Le prêtre m’appelle pour faire un rituel. Il marmonne quelque chose, fait différents gestes et termine en apposant un point avec de la poudre rouge sur mon front. Il me sert ensuite un peu de riz aux légumes, avant de donner le reste aux singes, car le temple est prêt à fermer ses portes.

 

Pondichéry, un petit bout de France

Pondichéry est un petit district côtier situé dans le Tamil Nadu. C’est aussi un ancien comptoir Français. Et son influence se fait ressentir, particulièrement dans White Town. Le mixe franco-indien offre à Pondichery une identité propre à elle.

Nous arrivons au petit matin par le bus de nuit depuis Bengalore. Nous rejoignons une petite auberge simple mais conviviale situé non loin du centre ville, dans un quartier très coloré. Les habitants, chiens et vaches se côtoient de près dans les rues étroites. Les femmes dessinent les traditionnels mandalas à l’entrée des habitations après avoir nettoyé leur maison. C’est typique de l’état du Tamil Nadu.

White Town

La ville blanche, beaucoup plus tranquille que n’importe quel autre quartier, me rappelle les petites préfectures de mon pays natal. Les noms des rues sont inscrits en français et Tamoul. De nombreux restaurants et cafés offrent des spécialités françaises, mais à des prix beaucoup plus élevé. Bharati Park, un charmant jardin exotique se situe au centre. Nous continuons notre marche en direction de la populaire promenade beach et la statue de Gandhi, le tout sous un beau soleil couchant.

Le site archéologique de Arikamedu

Nous louons un 2 roues pour nous déplacer autour de la ville sans problème. Nous commençons par le site archéologique de Arikamedu. Le lieu était autrefois un port majeur dédié à la fabrication de collier et au commerce avec la Rome Antique. Les ruines sont intéressantes à voir, mais les collections se trouvent au musée de Pondichéry.

Les Mystères d’Auroville, la ville utopique

Nous rejoignons Auroville en 2 roues, situé à une dizaine de kilomètres de Pondichéry. Auroville est une ville expérimentale, toujours en construction. Crée en 1968 par la mère qui était originaire de France, et dirigé par le guru Sri Aurobindo, Auroville à pour mission d’être le lieu «d’une vie communautaire universelle, où hommes et femmes apprendraient à vivre en paix, dans une parfaite harmonie, au-delà de toutes croyances, opinions politiques et nationalités. » Les habitants, nommés Aurovilliens, viennent de partout dans le monde, et sont aujourd’hui environ 4000. Le Matrimandir doré, situé au centre est le lieu de culte et de méditation. Nous ne pouvons pas nous rendre dans la ville, mais nous pouvons accéder à une vue du Matrimandir. Malgré la belle idée, tout cela me fait penser à une secte.

L’ashram Sri Aurobindo et le Temple de l’éléphant

Nous commençons par nous rendre à l’ashram. C’est ici que repose le corps de Sri Aurobindo. Beaucoup de monde viennent lui rendre hommage. C’est aussi un endroit très populaire pour venir méditer. Je m’essai, même si je ne sais exactement que faire. Nous partons ensuite pour le temple Arulmigu Manakula Vinayagar, situé juste à côté. Le temple, dédié au dieu Ganesh, est très connu pour son éléphant. Lakshmi l’éléphant vient chaque jour de 16h à 18h bénir les dévoués. Et c’est avec plaisir que je me prête au jeu. Le coup de trompe sur la tête est impressionnant!

 

Wayanad, le joyaux vert du Kerala

Nous prenons le temps de nous installer dans notre grande maison pour plusieurs jours. Nous vivons de manière simple : douche au seau, un réchaud. Mais quel bonheur de vivre ici. Nous prenons notre café tous les matins dehors, pour admirer la superbe vue depuis notre petite colline. Nous somme entouré de plants de café, de bananiers, plants de poivre et palmiers. Plus bas, les rizières et la forêt enchante ce beau paysage. Les coucher de soleil sont époustouflants.

Un village chaleureux

Nos voisins viennent se présenter. La communication est un peu difficile pour moi, personne ne parle l’anglais. Hilal fait les traductions, et m’apprend quelques mots de base en Malayalam, la langue de l’état du Kerala. Les villageois sont très curieux et ravi de nous accueillir au village. Je suis même invité au spectacle de danse de l’école de Chino kuti, ma jeune voisine, pour la fête de l’église de Payyampalli. Je pars avec sa mère à l’école, et mon arrivée ne passe pas inaperçu. Les jeunes filles sont excitées de me voir et sont ravis de pratiquer leur anglais. Leur spectacle est magnifique, composé de danses traditionnels, de chants, de théâtre. Le tout dans une ambiance festive et colorée, un vrai plaisir à les regarder s’amuser.

La mère d’Akhil, que nous appelons Amma, qui veux dire maman et qui est de coutume pour appeler la mère d’un ami, s’occupe particulièrement de nous. Elle nous prépare régulièrement nos petits déjeuné qui sont toujours délicieux : appam, iddly, dosa. Elle me montre aussi quelques recettes de cuisine locale.

Wayanad Wildlife Sanctuary et le Dam de Kabini

Dès notre arrivée, Akhil nous montre les environs de Wayanad de nuit, pour nous aider à nous repérer. Il décide de nous emmener au Wildlife sanctuary, situé tout près de chez nous. Il est plus facile d’observer la faune le soir ou au petit matin, lorsqu’il n’y a pas de voitures pour perturber la vie sauvage. Et je dois dire que pour une première, je suis très chanceuse. Nous croisons une famille d’éléphants sauvage qui traversent la route. Il y a même un tout petit.

Quelques jours plus tard, nous partons avec Akhil pour voir le Dam de Kabini. Pour y arriver, nous traversons le Wildlife Sanctuary. Nous décidons de partir aux aurores dans l’espoir d’apercevoir des animaux. Nous croisons en chemin des paons, des singes, des chevreuils, des ecureuils géant et même un éléphant! Nous arrivons au Dam, et je dois dire que je ne m’attendais pas à une telle beauté. Une plaine verdoyante, les vaches en pâture, la fôret au loin et cette belle rivière. Le tout, sous une belle lumière doré. Quel endroit paisible! Un villageois fait la traversé de la rivière sur son radeau rond.

Le temple de Thirunelli

Situé au milieu de la jungle, un tout petit village abrite le temple de Thirunelli, dédié au dieu Vishnu. Nous avons l’autorisation d’entrer, ce qui est rare lorsque l’on est pas hindoue. Nous devons laisser nos chaussures à l’entrée. Le temple est ancien, avec quelques sculptures intéressantes.

 

Les splendeurs de la baie de Hanauma

La Baie de Hanauma est un parc marin, situé au Sud est de l’île de Oahu. Un ancien cratère, abritant un récif riche en poissons notamment. Vue d’en haut, l’eau est si clair que l’on voit les formes du récif. Un paysage magnifique, et magique.

Un récif remplit de poissons

A l’entrée du parc, vous devez regarder une vidéo explicative d’environ 15min avant de rejoindre la plage. Une plage très populaire, il y a déjà beaucoup de monde dès 9h du matin. Je me jette à l’eau pour admirer les splendeurs du parc marin. Je croise de nombreux poissons colorés, dont certains sont endémiques, ainsi qu’une murène.

Je joue avec un poulpe

Je rejoins le centre de plongée en début d’après midi. Nous accédons au site de angler reef, maison du poulpe ainsi que des murénes. Jeff, notre guide, repère rapidement un poulpe qui tente de se cacher. Il réussit à l’attraper sans lui faire de mal. Le poulpe rejette tout d’abord son encre et tente de s’échapper, mais fini par être confiant et se laisse faire. Jeff me tend l’animal qui s’agrippe à mon bras et ne veux plus me lâcher. La sensation des ventouses sur la peau est très étrange!

Tortues de mer et statues noyés

Nous partons pour le site de Koko Crater, la capitale des tortues de mer. Et j’en ai croisé au moins 10! Certaines dorment, d’autres nagent tranquillement, mais elles continuent leur activité même si nous passons près d’elles. Je croise aussi différentes espèces de murènes, cachées dans les parois, la tête sortie. Nous passons devant plusieurs statues, dont la présence reste un mystère.

Makapu’u Point

Situé à la pointe est de l’île, Makapu’u abrite un phare. J’arrive malheureusement un peu tard pour faire la marche, mais les alentours restent magnifique. Les montagnes d’un côté, la plage de la baie et les îlots en face fait tout son charme.

 

Brisbane et l’île de North Stradbroke

Je passe quelques jours sur Brisbane chez mon amie Laure-Anne et son mari. De bons moments. Une petite visite de la ville, notamment South Bank avec sa balade sous les bougainvilliers et vue sur la ville au bord du fleuve.

L’île de North Stradbroke

Appelé plus communément Straddie. Située à 30 min en ferry de la ville, cette île à tout d’un petit paradis. Des paysages de rêve, belles plages, lacs, sites de plongée et ambiance relax. Je rejoins l’auberge de jeunesse en pouce avant d’admirer le couché du soleil sur la plage.

Des raies Manta

Je pars au petit matin avec un groupe pour plonger. Et le spectacle est magique! Je vois environs 4 enormes raies manta, moi qui n’en avait jamais vue. Elles sont énormes. Je croise aussi une tortue de mer, un requin léopard endormi et une raie léopard. Mais malheureusement petit problème de gopro pour cette plongée.

Lookout Point

Je pars explorer lookout point, une petite marche côtière magnifique, entre plage, rochers et végétation. Je croise au passage des kangourous peu farouches. Laure-Anne me rejoins en fin d’après midi, pour une nuit de camping. Nous nous levons au levé du soleil pour une promenade le long de la plage et une baignade matinale.

Brown Lake

Nous partons en auto-stop afin de rejoindre le Brown Lake. Une terre sacrée aborigène, le lac est exclusivement réservé aux femmes. Les hommes se baignent au lac bleu un peu plus loin. La couleur marron du lac vient des feuilles de teatree.

 

La côte Nord du New South Wales

En arrivant à Bellingen, mes hôtes Lorance et Dani, un charmant couple dans la cinquantaine, viennent me chercher au village.

Un endroit paisible

Ils habitent une belle maison bordé de foret et entouré par les montagnes. Petit bonus, un cheval. Mon amie Laure-Anne, que je n’avais pas vu depuis 4 ans, arrive en soirée, pour un repas convivial, et de superbes retrouvailles.

Dani nous montre les alentours le lendemain, près de la rivières et le fameux Christmas Hole, très prisé durant cette fin de semaine de pâque. Une courte baignade dans l’eau très fraîche.

Près de Toormina

Adele, une amie de Laure-Anne vient à notre rencontre à Bellingen. Elle nous emmène nous promener sur une longue passerelle au dessus de l’eau près de Toormina, ou elle habite. Heureuse de nous faire découvrir son petit chez soi. Nous rencontrons sa famille pour une soirée pleine de joie.

En route pour Byron Bay

Adele nous montre différents point de vues près de Sawtell avant de nous quitter à Coffs Harbour en debut d’après midi. Avec Laure-Anne, nous commençons à faire du pouce afin de nous rendre à Byron Bay. Après plusieurs trajets et beaucoup d’attente, nous arrivons à destination en fin de journée rejoindre son mari William et son ami Cedric au camping.

Les plages de Byron Bay

Très connu pour ses plages, mais surtout pour le surf, cette petite ville balnéaire est relax mais aussi très fréquenté. Nous passons la journée à la plage située tout près du camping, dans l’eau du à la chaleur, mais aussi pour le plaisir des vagues. Je pars plus tard avec Laure-Anne pour une petite marche en ville, admirer le coucher du soleil près du phare.

 

La Central Coast

En partant le matin de Leura pour prendre un train, je me tord la cheville et je chute dans les escaliers. Je me rend à l’évidence qu’il s’agit certainement d’une entorse. Je décide de me rendre tout de même à la gare pendant que mon pied est encore à chaud.

Arrivé au village de Killcare

Leslie, un ami d’ami, viens me chercher à la gare. Il m’accueille pour quelques jours avec sa femme Liza, un charmant couple d’environ 55 ans. Ils sont tous deux infirmiers, et s’occupent de moi pour les prochains jours. Il s’agit bien d’une entorse après avoir consulté à l’hôpital, et je dois rester au calme. Le cadre s’y prête parfaitement, une jolie maison en bordure de mer, avec la forêt environnante, magnifiquement paisible. Malgré les circonstances, le séjour fût plus qu’agréable.

La charmante ville de Newcastle

Ma cheville se rétablit, je suis capable de marcher plus ou moins normalement. Après avoir passé 3 jours chez Leslie et Liza, je prends le train pour Newcastle, une ville située un peu plus au nord. J’arrive à l’auberge de jeunesse, dont l’ambiance me rappel celle où je travaillais en Woofing en Nouvelle-Zélande. Je pars explorer la ville à pied, lentement. Petits cafés, beaucoup de street art, j’aime beaucoup l’ambiance.

Promenade près du phare

Après avoir exploré le musée d’art, je marche en bord de mer rejoindre la jetée et son phare. Plus tard, au même endroit, je sympathise avec 3 espagnols restant à la même auberge. Nous admirons le coucher du soleil sur la ville au loin, avec un groupe de dauphins situés tout près. Quel magnifique spectacle.

L’hopital des Koalas

Je pars de Newcastle avec Jessica et Julia, deux allemandes rencontrées à l’auberge. Elle partent pour Byron Bay et peuvent me déposer à Bellingen, mon prochain arrêt, situé à environ 400 km au nord. Nous décidons de nous arrêter à l’hôpital des Koalas de Port Macquarie. Le centre accueille les marsupiaux blessé, les soignent puis les réintègrent à leur habitat naturel. Souvent dû aux accidents de la route, les morsures de chiens, ou encore les feux de forêt. Ils sont tout simplement adorables.